Accords financiers avec les Eglises historiques
2003-04-14

ACCORDS FINANCIERS AVEC LES EGLISES HISTORIQUES




Le nouveau gouvernement hongrois entend conclure, à l'instar de l'accord que l'État a signé avec le Vatican sur le rachat des immeubles ecclésiastiques, des accords financiers, avec les autres Églises historiques. D'autre part, le gouvernement se propose de poser comme condition de la fondation de nouvelles communautés religieuses un nombre de fidèles bien supérieur à celui requis à ce jour.

Selon l'Agenda 2000, rapport de l'Union européenne, la liberté de religion est totale en Hongrie. Chacun est libre de décider d'appartenir ou non à une communauté religieuse parmi les 77 enregistrées. Grâce à la création d'aumôneries, l'exercice libre des cultes est assuré dans l'armée aussi. L' Etat soutient l'activité non directement religieuse des Églises : écoles, collections publiques, établissements de protection sociale, hôpitaux. La restitution aux Églises ou le rachat des immeubles ecclésiastiques religieux ou d'utilité publique sont en cours depuis plusieurs années.

En juin 1997 le gouvernement hongrois et le 5aint-Siège ont conclu un arrangement sur le règlement des problèmes financiers en suspens avec l'Eglise catholique de Hongrie. Ce texte porte entre autres sur la restitution ou le rachat des immeubles ecclésiastiques confisqués par le régime passé, et sur l'extension de la subvention d' Etat aux établissements éducatifs de l' Eglise. Notons que la loi sur les Églises votée à la fin de l'an dernier et entrée en vigueur le 1er janvier 1998 dispose de l'avenir des immeubles ayant appartenu aux Eglises et devant leur être restitués. Leur rétrocession ou leur rachat en espèces doivent se terminer d'ici à 2011.

En 1998, la politique ecclésiastique est centrée sur la normalisation immobilière. Au premier semestre, les Eglises concernées ont fait parvenir au Secrétariat des relations avec les Églises, service spécial de l'Office du premier ministre, la liste des immeubles ecclésiastiques qu'elles revendiquent en nature ou sous forme de rachat en un versement unique. Les Eglises ont, d'autre part, soumis à l' Etat la liste des immeubles qui, devant rester définitivement en propriété de l' Etat ou d'une municipalité, leur rapporteront, d'ici à 2011, 4,5 pour cent d'intérêt par an selon la valeur de chacun.
L' Etat hongrois devra restituer aux Eglises 1739 immeubles à remettre tels quels ou en versant une indemnité unique d'ici à 2011. Cette dette publique se monte à quelque 60 milliards de forints (cca 273 millions de dollars). Cette forme d'indemnisation concerne 818 immeubles de l'Eglise catholique, 600 de l' Eglise réformée (calviniste) et 300 de l' Eglise évangélique (luthérienne). Le reste avait appartenu avant 1950 aux communautés juive, orthodoxe serbe, unitarienne et baptiste.

Les 1795 immeubles qui donneront droit à une rente formeront une assiette de 67,5 milliards de forints (320 millions de dollars). L'Eglise catholique renonce, en contre-partie d'une rente, à 1216 bâtiments (42 milliards de forints), l' Eglise réformée à 391 (6,7 milliards), l' Eglise évangélique à 53 immeubles (4,1 milliards) et la communauté israélite a 130 (13,5 milliards de forints). Pareillement à l'arrangement passé avec le Vatican au sujet de l' Eglise catholique, il faudra fixer les modalités financières avec les autres Eglises concernées (réformée, évangélique, israélite, baptiste et othodoxe serbe).

Cette année, l' Etat hongrois subventionne 42 Églises, confessions ou communautés religieuses. Les plus fortes sommes vont aux Eglises historiques (catholique, réformée, évangélique et unitarienne et à la communauté israélite). 3,1 milliards de forints sont prévus à l'appui de la vie religieuse, 10,7 milliards à celui des écoles et des maternelles, 1,4 milliard à la protection des monuments ecclésiastiques et 0,3 milliard de forints aux collections publiques ecclésiastiques. L'indemnisation des Eglises pour les immeubles absorbera en 1998 4 milliards de forints, tandis que les rentes à verser cette année se monteront à quelque 3,2 à 3,5 milliards de forints.
Le règlement en cours de ce contentieux tient à coeur au nouveau gouvernement, comme cela ressort d'une déclaration du secrétaire d' Etat du nouveau gouvernement responsable des affaires religieuses, Zsolt Semjén, 36 ans. (Voir Népszabadsâg, 25 juin 1998). Cet homme politique diplômé de théologie et de sociologie fait ressortir que le gouvernement donne la priorité, dans sa politique ecclésiastique, au règlement des problèmes financiers. L'an prochain il faut prévoir 8 milliards de forints à l'indemnisation en espèces et 4 milliards au versement de rentes. Le gouvernement conclura les arrangements à part avec les Eglises historiques, avant la fin de cette année. Le secrétaire d'Etat précise d'autre part qu'il conviendra d'élever au multiple le seuil nécessaire à la fondation d'une Église ou d'une communauté religieuse, cet effectif étant actuellement 100 personnes.

L'Etat hongrois finance l'enseignement de la religion



Selon les projets du Ministère du patrimoine culturel national, le budget de l'an prochain assurera de 1 à 1,5 milliard de forints (de 4 à 6 millions de dollars) à l'enseignement de la religion. Cette ressource centrale sera assurée à toutes les Églises légales qui dispensent un enseignement méthodique de la religion. Selon la position du portefeuille, ce soutien serait étendu à l'enseignement religieux organisé, extra-scolaire.

Le Ministère de l'éducation permettra, à partir de la rentrée, que l'enseignement religieux ne soit plus relégué après les leçons de l'enseignement laïc, mais inséré parmi celles-ci. Dans l'année scolaire passée, l'enseignement - sur option - de la religion a été choisi, dans 41.000 groupes d'élèves de 30 Églises et confessions par quelque 400.000 à 450.000 élèves, soit à peu près un élève sur deux.

Les petites Eglises se sont intégrées dans la société hongroise



La loi sur les Églises (1990) a inauguré la renaissance des petites Églises et communautés religieuses en Hongrie. En plus des Églises historiques, ainsi que des Églises libres, ramifications du protestantisme, quelque 80 autres Églises enregistrées au tribunal sont actives en Hongrie. Les spécialistes estiment à plus de 100 000 le nombre des fidèles des Églises libres et des autres petites Églises et communautés religieuses. La formation théologique est assurée par les écoles supérieures de théologie de six petites Églises chrétiennes et l'École supérieure bouddhique. Le budget d'État a soutenu en 1998 avec 3 040 000 forints (cca 14 millions de dollars) le fonctionnement des institutions de base de 44 Églises de Hongrie. Les petites Églises et communautés religieuses étaient plus de 20 à se voir attribuer une centaine de millions de forints.

La loi hongroise de 1990 sur la liberté de conscience et de religion et sur les Églises est considérée comme une règle de droit de politique ecclésiastique des plus libérales en Europe qui garantit la totale liberté de religion. Aux termes de cette loi, les communautés religieuses de tous types jouissent de droits égaux et sont astreintes aux mêmes obligations.

Il suffit que cent personnes physiques soient de commun accord pour fonder une Église.

Cette loi a suscité l'approbation notamment des dirigeants des organismes d' Etat d'Autriche et d'Espagne, responsables des relations avec les Églises. L'Association internationale pour la liberté de religion (IRLA) a fait ressortir dans sa résolution votée à sa conférence de Budapest d'automne dernier que la loi de 1990 a contribué à ce que les Églises de Hongrie - dont les petites Églises - remplissent dans une mesure croissante leur rôle à incarner et à communiquer des valeurs et à créer des communautés.

Parmi les petites Églises enregistrées en Hongrie, on trouve toutes les nuances en matière de dogme et de structure recensées dans la vie spirituelle internationale. Le groupe le plus nombreux en est constitué par les (petites) Églises et les mouvements religieux se réclamant du protestantisme. Les Églises libres (adventistes, baptistes, méthodistes) qui, à l'étranger, exercent une infuence notable, sont du nombre. L'Église mormone est présente en Hongrie tout comme l'Armée du Salut. Un groupe influent est constitué par les nombreuses Églises des mouvements pentecôtistes anciens et nouveaux dont l'Assemblée de la Foi dont la croissance est particulièrement rapide. D'autres communautés d'inspiration chrétienne fondamentalistes y sont actives aussi, notamment celles des chrétiens libres et des vieux-chrétiens. Parmi les communautés d'origine indienne, la plus connue en Hongrie est celle pour la conscience de Krishna, mais il y a pas mal d'autres confessions bouddhiques aussi. Quant à la foi Baha'ie, d'inspiration musulmane, elle est également présente en Hongrie. Parmi les communautés athées l'Église scientiste est la plus connue en Hongrie. Cette communauté a lancé un mouvement pour défendre les intérêts des malades psychiatriques, et ses adeptes pratiquent la psychothérapie. Plusieurs psychiatres ont dénoncé les effets nuisibles de cette thérapie et maintes écoles et parents d'élèves ont aussi protesté.

Au sein de tel groupe de même inspiration, on trouve toujours une petite Église dont l'activité est particulièrement intense en Hongrie. Fondée en 1846, l' Eglise baptiste de Hongrie classée parmi les églises libres, compte six districts missionnaires. Dans 350 villes et communes vivent 11000 baptistes répartis entre 275 groupes d'enseignement religieux. Cette Église anime des programmes audiovisuels et sa maison d'édition publie six gazettes. Le programme de l'Académie de théologie baptiste de Budapest, fondée en 1906, dispense aussi un enseignement en plusieurs disciplines civiles. Les baptistes animent une mission parmi les jeunes marginaux et accueillent pas mal de personnes âgées dans deux maisons du troisième et du quatrième âges.

L'Assemblée de la Foi, charismatique et néo-pentecôtiste, compte des communautés locales dans 170 agglomérations. Elle a 35 000 fidèles actifs et une centaine de milliers de soutiens. Ses groupes d'enseignement religieux sont 315. Fondée par elle, la maison éditoriale Ûj Exodus a, en dix ans, publié en plus d'un million d'exemplaires des ouvrages néo-protestants et charismatiques et s'érige désormais en plus grande maison d'édition hongroise des petites Églises. L'Assemblée de la Foi déploie une activité missionnaire dans les régions hungarophones de cinq pays voisins, ainsi que dans plusieurs communes de Hongrie, parmi la population Rome. Son réseau d'écoles est plus important encore que son réseau d'établissements charismatiques. Elle a plusieurs écoles primaires et trois lycées. Son Académie Saint Paul, l'une des plus grandes écoles supérieures ecclésiastiques de Hongrie, accueille 450 théologiens, cathéchistes et sociologues. La popularité croissante de cette Assemblée ressort aussi du fait qu'elle s'installera prochainement dans un centre de cultes pouvant contenir 10 000 personnes.

Adeptes de l'hindouisme traditionnel, les quelque 10 000 membres de la communauté de Hongrie pour la conscience de Krishma se groupent, sous la conduite de 300 prêtres, autour de trois temples et et de douze centres. Croyant en la réincarnation, les fidèles de Krishna pratiquent un mode de vie puritain. Leur centre culturel et leur bioferme appelés Vallée de Krishna à Somogyvâmos, dans l'ouest de la Hongrie sont, de nos jours, une curiosité touristique. C'est là que fut érigé, dans la première moitié de la décennie 1990, le plus grand temple vaïchnava d'Europe. En plus d'une intense activité éditoriale propageant la religion et la culture vaïchnavas, cette communauté enseigne ses doctrines à l'École supérieure de théologie vaïchnava et, à l'intention des laïcs, à l'Université libre de philosophie védique. Elle distribue dans maints endroits la soupe populaire et, dans tous ses centres, elle dispense des conseils spirituels.

Extraits des bulletins hebdomadaires n° 30 du 24 juillet et n° 31 du 31 juillet 1998 de l'Agence télégraphique hongroise

P.O.B.3

1426 Budapest.

Tél. 00 36 175-6722. Fax : 00 36 118-8297. Télex : 22-43-73, 22-43-74

E-mail : mtiadmin@mti.hu

Internet : http://www.mti.hu