La récente évolution de l'Ukraine en matière économique et financière (2003)
2012-12-14

Maintien mais ralentissement de la croissance



La croissance du PIB a accusé un net ralentissement en 2001, elle estretombée à 4,6 %. Elle est en grande partie tirée par la consommation des ménages qui a progressé de 14,8%. Les revenus de la population ont augmenté de 21%, en 2002 (mais le salaire moyen n'est toujours que de 370
griyvnas, soit environ 64 euros). Le taux de croissance de 2002 est globalement insuffisant pour un pays dont le PIB réel en 2001 représentait environ la moitié de ce qu'il était en 1990.

Une progression de la production industrielle moins soutenue



La production industrielle à augmenté de 7 %, en 2002, soit deux fois moins qu'en 2001 (14 %). Les principaux taux de croissance sont observés dans les secteurs suivants :
- Produits pétroliers et production de coke : +25 % (ce résultat s'explique par la privatisation des raffineries et leur rachat par des compagnies russes qui utilisent toutes les capacités de production) ;
- Transformation du bois : +23,4 % (la demande intérieure a favorisé cette évolution. La création, dans ce secteur, d'entreprises communes avec des partenaires étrangers s'est accompagnée d'une modernisation des installations ;
- Construction mécanique : +11,3 % ;
- Agroalimentaire : +8,4 % ;
- Bois et papier :+ 8,4 % ;
- Industrie chimique :+ 6,5 % ;
- Industrie métallurgique : +3,9 % .

Des changements sont intervenus dans la structure des exportations qui expliquent ces bons résultats alors qu'en début d'année on prédisait un déficit commercial important. Ainsi, les exportations de céréales, de produits pétroliers et de l'industrie mécanique ont fortement augmenté. L'Ukraine s'est tournée vers de nouveaux marchés (Moyen Orient, Asie, Amérique latine). La situation reste toutefois fragile car près des trois quarts des exportations ukrainiennes sont constitués de produits sensibles : les produits métallurgiques représentent à eux seuls 40 % du total des exportations du pays alors que l'industrie métallurgique bénéficie d'un certain nombre d'avantages (prix avantageux de l'électricité, exemptions et allègements fiscaux) qui peuvent être remis en question et qui suscitent actuellement des procédures antidumping. Par ailleurs, l'Ukraine est totalement dépendante de ses importations de produits énergétiques, en provenance de Russie, qui représentent 36 % du total des importations du pays. Plus généralement, la Russie reste, de loin, le premier partenaire commercial de l'Ukraine et reçoit 18 % de ses exportations.

L'inflation est maîtrisée



La devise est restée stable en 2001 et 2002 (légère dépréciation au quatrième trimestre 2002). La Banque centrale a, toutefois, dû intervenir à plusieurs reprises pour la soutenir. La dernière intervention date du 27 décembre, après l'annonce des sanctions du GAFI, avec la mise sur le marché de 100 M USD.

Le pays a enregistré une déflation de -0,6 % en 2002 (inflation de 6 % en 2001) en dépit d'une augmentation de la masse monétaire de 42 %. La baisse de confiance des consommateurs, compte tenu du climat politique, s'est traduite par une augmentation de l'épargne de précaution ce qui a contribué à stériliser une partie de l'accroissement de monnaie et permis d'éviter l'inflation.

(Source : www.dree.org - Mission Économique de KIEV)