Tribune libre : qui protège Karadzic, criminel de guerre qui circule librement en Bosnie ? (2004)
2013-01-15

La Force de stabilisation de l'OTAN (Sfor) a indiqué avoir échoué dans une opération menée jeudi 31 mars 2004, visant à arrêter l'inculpé le plus recherché par le Tribunal pénal international (TPI), l'ex-chef politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic. {"Nous avons mené une opération internationale à Pale afin d'arrêter Radovan Karadzic. Nous ne l'avons pas trouvé"}, a déclaré un porte-parole de la Sfor, Dave Sullivan. Situé à une quinzaine de kilomètres de Sarajevo, Pale est l'ancien fief de Radovan Karadzic, en fuite depuis 1996, un an après son inculpation par le Tribunal pénal international (TPI) de génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité lors de la guerre de Bosnie (1992-1995). Nous publions la réaction d'un de nos correspondants, qui doute de la réelle volonté des forces de la Sfor d'arrêter Radovan Karadzic.

Le criminel de guerre Karadzic, inculpé par le Tribunal International de la Haye, circule librement en République Serbe de Bosnie.

Des membres de l'association Enfants Europe Bosnie (EEB) étaient en mission récemment en République Serbe de Bosnie. Ils ont emprunté la même route que Karadzic, le samedi 20 mars : à quelques heures près, ils seraient tombés sur Karadzic lui-même et son escorte, soit 5 jeeps. A la nuit tombée, Karadzic venait de la direction de Zvornik. Il est passé devant la station d'essence de Konjevic Polje, où nous avions pris du carburant quelques heures auparavant, et il a poursuivi sa route en direction de Milici, Nova Kasaba et Vlasenica, route où il a déjà été rencontré par des expatriés en mission dans le secteur. Ce fait a été confirmé par des habitants du secteur et par la presse nationale bosniaque, le journal "Dnevni Avaz" du 22 mars. A son passage, les lumières de la station se sont éteintes et une communication téléphonique a été intercepté indiquant que tout allait bien, qu'il était passé et donc qu'on pouvait rallumer ...

Pourtant Karadzic est recherché pour crimes de guerre. Une base américaine est installée à quelques km de là. Ce jour là, aucune présence, ni militaire ni policière. Cela pose quelques questions : pourquoi ne l'arrête-t-on pas ? Qui le protège ?

Pendant la guerre, il a été l'interlocuteur privilégié de nombreux officiels Occidentaux : Européens et Américains, sans compter les Russes. En échange de quoi lui a-t-on promis l'impunité ? Qui protège-t-il parmi nos dirigeants actuels ou anciens ?

Au moment des accords de Dayton en décembre 1995, il était à Dayton avec Milosevic.

Quand il est à Zvornik, situé à 20KM du lieu où il a été vu, il peut repasser tranquillement la frontière en traversant un pont qui le reconduit en Serbie. Là, il se retrouve en toute sécurité puisque le gouvernement actuel de la Serbie refuse de livrer les criminels de guerre ...

Nous rappelons que ce criminel de guerre a à son actif des milliers de massacres à travers la Bosnie, et notamment le génocide de Srebrenica.

Cela explique aussi que le retour des déplacés a du mal à se faire dans certains secteurs comme Vlasenica où ses amis sont encore tout puissants et le protègent.
C'est aussi un moyen de faire pression sur les Serbes du secteur pour empêcher toute réconciliation

L'association EEB exige que la Communauté internationale prenne ses responsabilités et arrête les criminels de guerre comme Karadzic et Mladic . Elle retrouverait son honneur et sa crédibilté qu'elle a perdue en Bosnie pendant la guerre .

La France doit exiger son arrestation et participer, s'il le faut, à son arrestation.

Il faut savoir que s'il n'est pas jugé par le TPI avant 2010, il pourra redevenir un citoyen nomal et se représenter aux élections de son pays ou de la Serbie.

Yves Faucon, président de l'association Enfants Europe Bosnie (EEB), ONG loi 1901

11 rue du merizai, 28200 La Chapelle du Noyer , France. Tél. 00 33 2 37 45 27 64
Email : eeb@club-internet.fr