Rapide historique de l'immigration hongroise en France
2004-04-08

Selon les estimations de la Mission Catholique Hongroise (qu'elle reconnaît elle même comme étant sous-évaluées), les Hongrois de souche et d'origine établis en France représenteraient une population de 30.000 personnes.

Cette population est inégalement répartie sur le sol français, avec une très forte prédominance de la région Ile-de-France. La communauté hongroise y est en progression, alors qu'elle diminue ailleurs, notamment dans le Nord / Pas-de-Calais.

L'émigration hongroise a des origines essentiellement politiques, et se distingue par une forte présence en son sein d'artistes et d'intellectuels, ainsi que par la réussite de son intégration dans la société française où elle apparaît comme un "groupe socialement invisible".

- La première vague d'émigration se situe à la fin du XIXème siècle. La concentration de la propriété foncière entre les mains de l'aristocratie est alors à l'origine d'un état de chômage agricole chronique, et provoque le départ pour le Canada et les Etats-Unis d'un million deux cent mille Hongrois, à la recherche de terres libres à cultiver.
- Durant l'entre-deux-guerres, la terreur qui suit l'écrasement des révolutions bourgeoise et prolétaire et l'instauration, par l'amiral Horthy, d'un régime de droite autoritaire, jointe à la crise économique, provoque de nouveaux départs en masse. Les émigrés sont pour l'essentiel des communistes, des sociaux-démocrates et des radicaux, suivis par des ouvriers accusés d'avoir soutenu les révolutions, des paysans sans terres, ainsi que des intellectuels et de jeunes générations sans perspectives d'avenir. Lors du recensement de 1931, près de 19.000 Hongrois sont comptabilisés en France, contre 630 en 1921.
- Un troisième flux migratoire s'organise après la destitution de l'amiral Horthy et l'installation de la République populaire hongroise. Les proches du Régent, officiers et grands propriétaires terriens notamment, doivent s'exiler, sans compter les prisonniers de guerre qui, après avoir survécu à leur captivité, ne regagnèrent pas la Hongrie.
- Deux cent mille personnes émigrent au lendemain des événements de 1956. Plus de dix mille d'entre elles choisissent de s'installer en France, de façon définitive ou provisoire, avant un ultime départ pour les Etats-Unis, le Royaume-Uni ou le Canada.
- Sans constituer un véritable flux migratoire, des Hongrois émigrent encore en France. La Mission Catholique Hongroise dit en accueillir environ un par jour, dont la moitié est issue de Transylvanie roumaine. Mais tous ne transitent pas par la Mission. Les nouveaux migrants sont essentiellement de jeunes gens, étudiants, boursiers, employés d'entreprises mixtes ou émigrés économiques.