Panorama des principaux partis politiques bulgares (2004)
2012-02-07

La vie politique en Bulgarie est fondée sur le pluralisme politique et syndical. Actuellement des dizaines de partis politiques et d'organisations syndicales sont enregistrés dans la Cour.

Les partis et les coalitions politiques les plus importantes actuellement en Bulgarie sont :

Le Mouvement National pour Simeon II



Le Mouvement National pour Simeon II (MNS) a été formé seulement deux mois avant les élections de juin 2001 par le roi Simeon. A 63 ans, après avoir passé plus d'un demi-siècle en exil, l'ancien roi est parvenu sans réel programme mais grâce à un ton sincère, une autorité morale et un style « non-balkanique » à séduire son peuple lassé par la pauvreté et la corruption. Pour réaliser son programme politique, l'ancien roi Siméon II s'est entouré d'économistes de haut niveau, de jeunes ministres ayant étudié aux Etats-Unis et dans d'autres pays occidentaux (l'actuel ministre de l'économie, un trentenaire issu de Merryll Lynch en Grande-Bretagne, a été élu ministre de l'année par Globalfinance), de banquiers et investisseurs bulgares revenus de l'étranger ainsi que de célébrités locales de la télévision. D'autre part, durant son exil en Espagne, l'ex-roi est devenu un homme d'affaire aguerri ayant de très nombreuses relations dans le monde des affaires internationales.

L'Union des Forces Démocratiques (UFD)



Dirigé par Ekaterina Mihailova, qui a succédé à Ivan Kostov, l'UDF s'est formé en 1989 comme la réunion d'une quinzaine de partis et forces non-communistes ou anti-communistes. Son pouvoir s'est progressivement érodé et son unité désagrégée, notamment du fait du principe interne "un parti, une voix", ce qui l'a ensuite poussé vers des positions plus pragmatiques. S'il obtint des succès, notamment en 1996 avec l'élection de Petar Stoyanov, il a eu tendance à récemment perdre ses électeurs au profit du MNS, notamment les populations jeunes, éduquées et urbaines. Les dirigeants de l'UDF ont un moment envisagé une union avec le MNS, mais ont finalement décidé de rejoindre l'opposition.

L'UDF a rejoint pour les élections de 1997 et 2001 l'Union du Peuple, pour former les Forces Démocratiques Unies.

Le Parti socialiste bulgare (BSP)



Dirigé par l'actuel président Georgi Purvanov, le parti socialiste bulgare est le troisième au parlement et comprend deux ministres dans l'actuel gouvernement. Ses membres proviennent en grande partie de l'ancienne nomenklatura communiste recyclée au socialisme. Après avoir été vigoureux dans les premières années de transition, il est en perte de vitesse, son électorat et ses membres devenant vieilissants.Son électorat se concentre dans les petites villes et les villages autour des paysans et des retraités, mais également dans les zones ethniquement mixtes, où son discours nationaliste est apprécié.

Le Mouvement des Droits et des Libertés



Dirigé par l'ancien dissident Ahmed Dogan, le Mouvement des Droits et des Libertés (MDL) représente essentiellement la population musulmane de quelques régions du sud-est et du nord-est du pays, soit 800 000 Turcs. Le parti ne défend pas les vélléités autonomistes, au profit de la lutte contre les inégalités dont souffre la population turque de Bulgarie.

L'Union Populaire



L'Union Populaire (UP) regroupe le parti agraire d'Anastasia Moser (BANU-PU), qui s'origine dans les mouvements agricoles antérieurs au communisme et l'influent Parti Démocrate d'Aleksandur Pramatarski (PD), tous deux membres de l'Internationale chrétienne-démocrate.

Autres partis



Il existe d'autres partis, tels qu'Euroleft, branche social-démocrate dirigée par Aleksandur Tomov et qui s'est détachée du PSB pendant la crise de 1997 ou le Parti interne révolutionnaire macédonien (UMRO) d'Aleksander Karakachnov, mais ceux-ci n'ont pas obtenu les 4 % nécessaires à une représentation au Parlement. D'autre part, un regroupement de petits partis s'est effectué les trois dernières années et quelques nouvelles coalitions politiques ont surgi, telles que l'Alternative Démocratique pour la République, le Nouveau Choix et l'Union Patriotique, et il existe également d'autres groupes de pressions tels que les syndicats et autres mouvements socio-professionnels ou ethniques.

(Souce : Centreurope 2004)

Un nouveau parti de droite : les "Démocrates pour une Bulgarie forte"



Un nouveau parti vient de grossir les rangs de la droite bulgare, créant une plus grande division parmi ses sympathisants : les "Démocrates pour une Bulgarie forte", qui ont à leur tête l'ex premier ministre bulgare Ivan Kostov, ancien leader de l'Union des forces démocratiques. Les objectifs du nouveau parti sont les élections anticipées et l'accès libre de tous les citoyens aux dossiers des anciens services secrets de l'époque communiste.

Rossitza Nikolova/4 juin 2004