Géorgie : Tbilissi développe ses échanges économiques avec Moscou et lève son veto à l'adhésion de la Russie à l'OMC
2007-04-06

Un homme d'affaire russe, d'origine géorgienne, est nommé ministre de l'économie de la Géorgie.

Au plus fort de la tension bilatérale, le gouvernement d'Edouard Chevardnadzé avait exercé fin 2002 le droit de veto de la Géorgie contre l'entrée de la Fédération de Russie au sein de l'Organisation Mondiale du Commerce. Le gouvernement de Mikhaïl Saakachvili annonce le 29 mai 2004 la levée de ce veto lors d'un forum économique russo-géorgien à Tbilissi. Il annonce également la nomination d'un homme d'affaire russe d'origine géorgienne, Kakha Bendoukidzé, au poste de ministre de l'économie de la Géorgie.

L'idée de la tenue d'un forum économique russo-géorgien remonterait aux entretiens de Vladimir Poutine et de Mikhaïl Saakachvili de février 2004, à Moscou.

Tbilissi à l'heure économique russe



Les hommes d'affaire russes présents à Tbilissi les 27, 28 et 29 mai "pesaient" au total plus de 25 milliards de dollars dans les domaines de l'énergie, des transports, de la banque, du tourisme et de l'agriculture. Ils étaient accompagnés d' Arkady Volsky président de l'Union des Industriels et des Entrepreneurs russes, de German Gref ministre du Développement et du Commerce russe, et de Kakha Bendoukidzé "pesant" à lui seul un milliard de dollars.

Energie



La vente de la compagnie de distribution électrique pour la capitale, TELASI, par le propriétaire américain AES au russe UES (United Energy System) avait soulevé un tollé en 2003. UES reste propriétaire de TELASI à 75%.

La question de la réhabilitation des centrales hydro-électriques, en particulier sur l'Ingourie à la "frontière" entre l'Abkhazie et la Géorgie, a fait l'objet ces dernieres années de nombreux plans et de nombreux effets de manche. Elle est vitale pour l'autonomie énergétique de la Géorgie (production de 700 megawatts par jour) ; la technologie lui manque toujours, les industriels russes se proposent.

La participation à ce forum des géants russes LukOil et TransGazOil peut s'expliquer par les questions d'approvisionnement présent de la Géorgie ; elle s'explique également par l'intérêt porté à l'oléoduc et au gazoduc Bakou - Tbilissi - Ceyhan. Selon BP la mise en oeuvre de l'oléoduc est avancée à 60%.

Banque



Moscou annonçait le 26 mai, en avance sur le calendrier, une prise de participation de la banque russe VneshTorgBank dans la banque géorgienne UBoG (United Banque of Georgia).

Transports



L'Aeroflot est en cours de négociation avec la compagnie géorgienne Airzena, équipée de trois Boeing. Lors de la visite du président Saakachvili aux Etat-Unis, les hypothèses d'appareils supplémentaire et de "décentralisation" de Moscou vers Tbilissi d'un centre de maintenance Boeing avaient été entérinées.

Industriels



Les aspects industriels, tant d'extraction comme pour les mines de manganèse de Tchiatoura, que de transformation comme pour les complexes de Zestaponi et de Roustavi sont plus délicats. L'absence d'investissement durant une dizaine d'années - voire de maintenance de premier niveau - a rendu les équipements obsolètes ; pour ceux qui restent en état, des firmes étrangères (italiennes et suisses) y possèdent des contrats provisoires.

Privatisations et imposition



Les différents trains de privatisation, dont les ports de Poti et de Batoumi, annoncés par le président Saakachvili et le premier ministre Jvania, ont attiré la convoitise et bien des questions. La transparence du système d'imposition sur les sociétés, et la réduction des montants, ont fort naturellement été réclamés par les futurs investisseurs. Le ministre des finances, Zourab Nogaïdeli a promis d'amender la législation actuelle pour juin 2004.

Un industriel chevronné chasse un jeune acteur de la Révolution des Roses



Irakli Rekhviachvili, 29 ans, diplômé de l'Université de Princeton (Etats-Unis) laisse son fauteuil de ministre de l'économie à Kakha Bendoukidzé, 48 ans, industriel russe d'origine géorgienne, president d' United Heavy Machinery (nucléaire, chantiers navals, mines). Il sera dans quelques jours le second ministre du gouvernement géorgien à posséder deux passeports.

Mirian Méloua.