Bulgarie : Histoire politique récente
2004-07-13

Une nouvelle constitution a été adoptée en juillet 1991, instaurant un régime parlementaire: le gouvernement est responsable devant le parlement (lui-même élu au scrutin proportionnel) qui nomme le Premier ministre, sur proposition du président de la République, et les ministres, sur proposition du Premier ministre. Les quatre élections législatives organisées de 1990 à 1997 ont été l'occasion d'une alternance politique régulière: pouvoir socialiste en 1989-1990, succession de cabinets dominés par l'Union des Forces démocratiques (UFD) de 1991 à 1994, retour du Parti socialiste bulgare (PSB) après les législatives de 1994, jusqu'à ce que les élections législatives anticipées, organisées au printemps 1997 à la suite d'une grave crise politique, entraînent une nouvelle alternance.

Les élections de juin 2001 ont rompu avec cette alternance gauche-droite en donnant la victoire au Mouvement Siméon II et ont confirmé l'acceptation et la pratique par tous des règles de la démocratie. Après la crise politique et sociale de 1996-1997, c'est une coalition de droite qui est arrivée au pouvoir. Mais dans un contexte d'apparente désaffection pour le politique (taux de participation de 50 % aux élections municipales de 1999), l'apparition de Siméon de Saxe-Cobourg-Gotha (qui fut roi de Bulgarie sous le nom de Siméon II entre 1943 et 1946) allait vite bouleverser totalement la donne. Aux élections législatives du 17 juin 2001 le Mouvement national Siméon II (MNSII) a remporté 120 sièges de députés sur 240, auxquels se sont adjoints les 21 députés turcophones issus du Mouvement des Droits et Libertés-MDL (la minorité turcophone représente environ 10 % de la population). Toutefois, le Premier ministre doit compter avec l'opposition socialiste qui a remporté les élections présidentielles des 11 et 18 novembre 2001, en la personne de M. Parvanov. Quant à la minorité turcophone (10 % de la population), victime d'une campagne de bulgarisation à la fin des années 1980, elle a connu une amélioration de sa situation. Près de 200.000 membres de cette communauté sont revenus en Bulgarie en dix ans.