Abkhazie : Vladislav Ardzinba (1945-2010), ancien président de la république autoproclamée
2012-03-12

Texte actualisé le 5 mars 2010

Vladislav Ardzinba (né le 14 mai 1945) est le Président de la République d'Abkhazie, république indépendante de facto de la Géorgie. Ardzinba, historien et ancien communiste, s'est engagé dans le mouvement de l'indépendance de l'Abkhazie à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Il a été membre du dernier Parlement soviétique entre 1989 et 1991. Quand l'Abkhazie a déclaré son indépendance de la Géorgie et a organisé ses premières élections en 1994, Ardzinba a remporté la victoire et est devenu le premier président de l'entité. Il a été réélu en 1999, bien qu'étant le seul candidat présenté à ce poste. La communauté internationale n'a reconnu ni sa présidence, ni le référendum sur l'indépendance de l'Abkhazie qu'il a organisée en 1999. Il a déclaré que l'indépendance vis-à-vis de la Géorgie n'était pas négociable, et il a essayé d'aligner l'état sur la Russie. En tant que président, il a rencontré plusieurs chefs d'Etat, y compris Boris Eltsine et Vladimir Poutine, le dernier président de la Russie. Il s'est attiré d'autres critiques de la communauté internationale en décrétant l'interdiction des Témoins de Jéhovah en 1995.

Ces dernières années, Ardzinba a du affronter d'autres critiques pour ne pas avoir su apporter la stabilité à l'Abkhazie et pour son niveau de la popularité décroissant. Il n'est pas apparu en public depuis plus de deux ans. En conséquence, le rôle de chef d'Etat est de plus en plus souvent laissé au premier ministre Raul Khadjimba. Ardzinba a été extrêmement malade et il a suivi un traitement à Moscou pendant un certain temps. Malgré des appels à la démission de l'opposition (en particulier du mouvement d'Amtsakhara) de plus en plus insistant, il a déclaré qu'il ne quitterait pas son poste avant son terme en octobre 2004. Il y a également eu des tentatives pour procéder à sa révocation, mais si la constitution abkhaze le prévoie, le processus ne serait probablement pas terminé avant la fin de sa présidence. Il ne pourra pas être candidat une troisième fois, en raison des restrictions constitutionnelles, mais même si cela était permis par la constitution, son état de santé l'en empêcherait. Il n'a pas encore annoncé le nom du candidat qu'il souhaiterait voir le remplacer à son poste. On a supposé que son favori était l'actuel premier ministre Khadjimba, mais les spéculations récentes ont laissé entendre qu'il pourrait finalement soutenir l'ancien premier ministre Guennadi Gagoulia.

Traduit de l'anglais par Nataliya Shchukina.



Notes

:

(1) Vladislav Ardzinba trouvera Raoul Khadjimba comme successeur aux élections du 3 octobre 2004. Mais devant les tensions générées et l'intervention politique de la Russie, de nouvelles élections seront organisées le 12 janvier 2005 : Sergueï Bagapsh sera élu président, Raoul Khadjimba vice-président.

(2) Vlasislav Ardzinba meurt à Moscou le 4 mars 2010.