Géorgie : la situation de la Djavakhétie (majoritairement peuplée d'Arméniens) pourrait s'améliorer (2004)
2013-02-05

Si Saakashvili tient ses promesses, la situation de la province de Djavakhétie (Djavak pour les Arméniens) pourrait s'améliorer. La route qui conduit de la région de Djavakhétie à Tbilissi pourrait devenir praticable : c'est du moins ce que les habitants espèrent, suite à la promesse d'investir 100 millions d'une enveloppe totale de 400 millions de dollars pour réparer les routes en piteux état dans la région, enveloppe attribuée à la Géorgie par le FMI et le gouvernement américain.

Selon le député au parlement géorgien Van Bayburdian, la route menant de la région arménienne à Tbilissi serait de 100 kilomètres moins longue si l'on adoptait un nouveau tracé, ce qui aurait pour effet immédiat de désenclaver la région. Toujours selon Bayburdian, le président Saakashvili aurait insisté lors de récentes réunions avec des ONG internationales sur l'importance d'investir au Djavak et de restaurer l'emploi dans la région. On semble parier en effet sur l'afflux de l'investissement des Arméniens de Russie en Djavakhétie si du côté gouvernemental, certaines mesures en faveur des infrastructures de base été menées à bien. En ce qui concerne la question de l'autonomie que demandent certaines organisations de la région, Van Bayburdian a minimisé ces exigences en disant que "l'autonomie existe de fait dans la région, même si elle n'est pas formelle, dans la mesure où la plupart des cadres de l'administration de la région sont Arméniens".

Armennews/ 4 juin 2004