Géorgie : vaste mouvement diplomatique en cours
2007-04-06

Natia Djaparidzé proposée à l'Ambassade de Géorgie en France

Depuis janvier 2004, mois d'élection et d'investiture du nouveau président, une dizaine d'ambassadeurs de Géorgie ont été rappelés à Tbilissi. Sept candidatures sont soumises au Parlement. Un deuxiéme train de propositions devrait suivre en juillet.

Le 15 juin, lors de déclarations à la presse géorgienne, Salomé Zourabichvili avait précisé qu'elle souhaitait mettre en place le dispositif du ministère des affaires étrangères de Géorgie d'ici septembre 2004. Il concerne grosso modo 300 personnes.

Le 23 juin, les candidatures suivantes étaient proposées au Parlement géorgien,
- Natia Djaparidzé pour la France et l'Unesco,
- Davit Aptsiaouri pour l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie,
- Zourab Béridzé pour la Roumanie et la Moldavie,
- Guega Mgaloblichvili pour la Turquie,
- Levan Assatiani pour l'Iran,
- Zourab Tchourgaia pour le Kazakhstan,
- Davit Zalkaniani pour l'Ouzbékistan, le Kirghizstan et le Tadjikistan.

Le 25 juin, le Parlement géorgien annulait les lettres de créance des titulaires en Afghanistan, en Autriche, en Hongrie, en Italie, auprès de l'OTAN, en République tchèque, en Slovénie, en Slovaquie, au Turkmenistan.

Une deuxième train de propositions suivrait en juillet.

Les hypothèses suivantes sont par ailleurs effectuées à Tbilissi quant aux maintiens de
- Maia Panjikidzé en Allemagne,
- Lana Gogobéridzé au Conseil de L'Europe, à Strasbourg,
- Grigol Katamadzé en Ukraine.

Lana Gogobéridzé avait été annoncée un temps à Paris. Natia Djaparidzé (46 ans) est une diplomate de carrière, un temps attachée à la représentation de la Géorgie au Conseil de l'Europe à Strasbourg.