Philippe Lefort, ancien ambassadeur de France en Géorgie
2013-12-11

Texte initial du 9 juillet 2004

Après six années au poste d'ambassadeur de France à Tbilissi, Mireille Musso fait ses adieux le 27 octobre 2003, au conservatoire Griboïedev, devant un parterre de ministres de l'ère Chevardnadzé et d'hommes politiques géorgiens dont Zourab Jvania. Salomé Zourabichvili lui succède quelques jours plus tard, sans imaginer que les élections parlementaires géorgiennes viendront bientôt déclencher un séisme politique et bouleverser sa carrière diplomatique. Le 23 mars 2004, elle devient ministre des Affaires étrangères de la Géorgie. Le poste d'ambassadeur de France reste vacant plus de trois mois.

Le 25 juin 2004, un décret du Président de la République Française, Jacques Chirac, nomme Philippe Lefort ambassadeur de France en Géorgie.

Né le 30 novembre 1956, titulaire d'un diplôme d'études approfondies en linguistique, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud, et agrégé de lettres modernes, Philippe Lefort a enseigné de 1977 à 1984 avant d'être nommé secrétaire des affaires étrangères à sa sortie de l'Ecole Nationale d'Administration en 1987.

Il a été notamment en poste à Moscou (1989-1991), au Secrétariat Général de la Défense Nationale (1991-1993), à Tokyo (1993-1997) et à Washington (1997-2000).

Il exerçait depuis septembre 2000 les fonctions de Sous-Directeur de la formation, des concours, des affaires juridiques et sociales à la direction des ressources humaines du Quai d'Orsay.

Il arrive à Tbilissi porteur d'une politique française qui se situe à la croisée de trois chemins, :
- celui de l'Union Européenne qui encourage la Géorgie à devenir un État de droit,
- celui de la Russie avec qui la France entretient des relations bilatérales particulières, dont la Géorgie a peut-être besoin pour règler les questions ossètes et abkhazes et pour développer son économie nationale,
- celui de l'OTAN et des Etats-Unis actuellement engagés dans une stratégie de contrôle des ressources du pétrole et du gaz de la mer Caspienne dont le transit est assuré par la Géorgie.

Durant trois années, il fait entendre la voix de la France et développe les politiques de coopération civiles et militaires avec la Géorgie. Il lance également les fondements d'une école bilingue franco - géorgienne, qui devrait devenir un lycée dans quelques années.

A mi-2007, il est nommé ministre conseiller à l'ambassade de France à Moscou. A ce titre, lors du conflit russo-géorgien, à l'été 2008, il participe aux négociations engagées entre la présidence française de l'Union européenne et la Russie : il est à l'origine involontaire d'une indiscrétion rapportée dans une dépêche diplomatique et "piratée" par WIKILEAKS faisant état d'une altercation "physique" entre Nicolas Sarkozy et Sergueî Lavrov.

En août 2011, Philippe Lefort est nommé représentant spécial de l'Union européenne pour le Caucase du Sud.

Voir aussi :

- [URL : 1943]

- [URL : 3167]

- [URL : 3395]