Danuta Hübner, nouveau commissaire européen : le visage de la Pologne pro-européenne
2004-07-17

La nouvelle commissaire polonaise connaît l'Union sur le bout des doigts. Ministre des Affaires européennes, elle a été désignée à la DG Commerce, où elle accompagne Pascal Lamy. Elle y dispose d'un droit de vote et touche ainsi à des secteurs stratégiques, comme les fonds structurels, les fonds de cohésion, les politiques en matière de normes sociales et d'emploi.

Cette professeur d'économie brillante a accompagné la Pologne sur la route de l'adhésion depuis la chute du Mur. Elle a supervisé les réformes économiques introduites en Pologne dans les années 90, qui ont permis une des plus fortes croissance de l'Europe centrale. Pendant 7 ans, elle a négocié l'adhésion de la Pologne à l'OCDE et à l'Union européenne en tant que ministre ou ministre adjointe. Elle a également travaillé pour la Commission économique des Nations Unies pour l'Europe.

Diplômée de l'Ecole supérieure de planning et statistiques (devenue l'Ecole d'économie de Varsovie), elle a développé une grande compétence dans l'économie politique de transition. Elle a fréquenté l'université Autonome de Madrid dans les années 1970 et le Centre d'Etudes Européennes à l'université de Sussex. Boursière Fulbright à l'université de Berkeley, puis chargée de cours à la California State University, elle devient professeur d'économie.

Concernant la Politique agricole commune, elle s'est dite favorable à l'élimination progressive des subventions à l'exportation des produits agricoles qui doivent systématiquement disparaître dans le cadre de nouveaux accords internationaux.
Elle a aussi œuvré pour que la Pologne intègre l'Otan, et n'est pas favorable à un affaiblissement de cette structure militaire.

Les euro-sceptiques polonais l'accusent de préférer Bruxelles à Varsovie. Elle estime pour sa part que "la communication avec les citoyens européens n'a jamais été aussi importante que maintenant. Tout mes efforts vont se concentrer sur cette activité", a déclaré Mme Danuta Hübner. La communication lui semble en particulier nécessaire avec la société polonaise. Aussi a-t-elle l'intention de multiplier les rencontres avec ses concitoyens. Elle est représentative d'une génération qui, depuis 1989, a travaillé sans relâche au retour de leur pays vers l'Europe.

Fabrice Pozzoli-Montenay