République tchèque : vers la suppression des lits-cages pour les enfants en hôpital psychiatrique
2004-07-16

J.K. Rowling, créatrice d'Harry Potter, s'est jointe à plusieurs groupes de défense des droits de l'homme pour obtenir la suppression des lits à barreaux des hôpitaux psychiatriques en République tchèque.

Le gouvernement de Prague a réagi rapidement et a annoncé la disparition de ce type de lits, formant une véritable cage. «Le ministère a ordonné la suppression immédiate des lits à barreaux et celle des lits équipés de filets d'ici la fin de l'année», a annoncé mardi une porte-parole du ministère de la Santé.

Lundi 12 juillet le président tchèque Vaclav Klaus a reçu un courrier de J.K Rowling protestant contre l'existence en République tchèque de ces lits, qualifiés de barbares. Amnesty International et le Conseil européen ont protesté à plusieurs reprises contre leur utilisation et la lettre de l'écrivain britannique a fini de convaincre le gouvernement, selon la porte-parole Aneta Kupkova.

Selon cette dernière, sur les lits 9.657 lits psychiatriques en République tchèque, 100 sont équipés de filets, et seulement 20 de barreaux.

AP