La visite en France de M. Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires Étrangères (2004)
2012-06-16

Le 16 juillet 2004, pour sa première visite en France en tant que ministre russe des Affaires étrangères, Serguéï Lavrov, a été reçu par le Président français. Il a également rencontré son homologue, Michel Barnier.

Lors de leur entretien, qui a duré 20 minutes de plus que prévu, Jacques Chirac et Serguéï Lavrov ont abordé plusieurs questions bilatérales (transit par la Russie du fret français à destination de l'Afghanistan, coopération aérospatiale, notamment à Kourou), ainsi que plusieurs grands dossiers internationaux (relations Russie-Union européenne, situation en Irak et au Proche-Orient). Fait exceptionnel pour un ministre, Serguéï Lavrov a été raccompagné par son hôte, à l'issue de cet entretien, jusque dans la cour intérieure de l'Elysée. Les observateurs y ont vu une marque particulière des relations de confiance et de respect entre les deux pays. Serguéï Lavrov a ensuite gagné le Quai d'Orsay, où l'attendait un déjeuner de travail avec son homologue français.

A l'issue de ces rencontres, le chef de la diplomatie russe a déclaré que ses entretiens avec Jacques Chirac et Michel Barnier "ont confirmé le très riche potentiel du partenariat franco-russe, et notamment son influence sur les relations internationales". "Nous avons débattu des relations bilatérales, des questions économiques et des investissements, dans le contexte des prochaines rencontres entre les dirigeants de nos Etats", a-t-il dit. Nous apprécions particulièrement la position qu'occupe la France dans le développement des relations de la Russie et de l'Union européenne, dans le règlement des problèmes existant dans ce secteur, et en faveur de la création d'un système européen de sécurité associant la Russie", a-t-il ajouté.

Serguéï Lavrov a indiqué qu'il comptait se rendre au Proche-Orient, mais que la date et les lieux étaient encore à l'étude. Les deux ministres ont souligné, concernant ce dossier, qu'il n'y avait pas d'alternative à la "Feuille de route". Serguéï Lavrov a par ailleurs assuré que la Russie ferait tout son possible pour retrouver le journaliste de l'AFP Ali Astamirov, enlevé le 4 juillet de l'année dernière en Tchétchénie.

Il est de l'intérêt de l'Europe que la Russie soit un partenaire fort, a déclaré pour sa part Michel Barnier. Il a rappelé le travail commun effectué par Paris et Moscou concernant l'Irak, et en particulier l'adoption de la résolution 1546. Le ministre français espère développer des relations d'amitié avec son homologue russe, qu'il a appelé à plusieurs reprises par son prénom.

Serguéï Lavrov a achevé cette brève visite à Paris par une rencontre avec le Directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura

RIA - Novosti - 16 juillet 2004