Russie : remaniements au sein de l'armée (juillet 2004)
2011-12-21

Vladimir Poutine a procédé à d'importants remaniements au sein des "structures de force".

Ont été mis à la retraite le chef de l'état-major général et vice-ministre de la Défense, Anatoli Kvachnine, le commandant en chef des troupes de l'Intérieur, Viatcheslav Tikhomirov, le commandant des troupes de l'Intérieur de la région militaire du Caucase du Nord, Mikhaïl Labounets, et le directeur adjoint du FSB chargé du Caucase du Nord, Anatoli Ejkov.

L'état-major général est désormais commandé par Youri Balouïevski , ancien premier adjoint d'Anatoli Kvachnine. Alexandre Biélooussov, qui exerçait les fonctions d'adjoint au commandant des troupes de la région militaire du Caucase du Nord, a été nommé premier vice-ministre de la Défense. Le commandant de la région militaire Volga-Oural, Alexandre Baranov, a permuté avec son homologue de la région du Caucase du Nord, Vladimir Boldyrev.

A l'issue de la réunion du Conseil de sécurité du 19 juillet, le ministre de la Défense, Serguéï Ivanov, a déclaré à la presse que son adjoint avait brillamment accompli sa tâche tant qu'il s'était agi d'assurer la survie de l'armée. Mais la situation du pays s'étant améliorée, "l'état-major général doit se concentrer davantage sur les perspectives du développement des forces armées, penser aux guerres du futur et moins s'occuper des affaires courantes". De l'avis du ministère de la Défense, Youri Balouïevski a pour cela "et l'expérience, et les connaissances, et le désir, et la volonté".

Des rumeurs sur un prochain départ du général Kvachnine, qui commandait l'état-major général depuis 1997, couraient depuis un certain temps déjà. On disait ce départ lié à la réforme administrative mise en chantier au sein du ministère de la Défense, aux récents amendements apportés à la loi sur la défense qui réduisent notablement le rôle de l'état-major. Des changements difficiles à accepter pour un homme ambitieux, qui a préféré démissionner de l'armée plutôt qu'accepter le nouveau poste qui lui était proposé.

Quant au général Balouïevski, il passe pour un diplomate fin et perspicace. Le Kremlin l'a d'ailleurs chargé à plusieurs reprises de mener des négociations avec les Etats-Unis, l'OTAN ou l'Union européenne sur certains dossiers géopolitiques et stratégiques sensibles. C'est sans doute un atout pour celui qui sera chargé de poursuivre la réforme de l'armée.

Cette nomination était attendue, contrairement à celle du nouveau premier vice-ministre de la Défense, dont l'ascension en flèche a surpris bien des experts. Agé de 51 ans, le général Biélooussov avait été nommé adjoint au commandant des troupes de la région militaire du Caucase du Nord, il y a seulement un an et demi. Le nouveau bras droit de Serguéï Ivanov sera notamment chargé de la formation des troupes, d'une partie importante des fonctions récemment retirées à l'état-major par la Douma.

D'autres remaniements pourraient suivre, notamment à la tête des différentes armes. Des changements seront aussi sans doute apportés aux fonctions de l'armée, dont on attend qu'elle soit tout à la fois moins coûteuse, plus forte, plus mobile et plus précise dans l'utilisation de sa force. Si elle doit être prête à repousser une éventuelle agression, elle doit aussi contrer, aujourd'hui des menaces très concrètes : le terrorisme international, la prolifération des armes de destruction massive, le nationalisme et l'extrémisme religieux, le trafic de drogue et le crime organisé.

Ria - Novosti / 20 juillet 2004