Kirghizstan : 13 années d'indépendance (septembre 2004)
2011-10-28

1991



Le 31 août 1991, le Kirghizstan proclame son indépendance. Le jour précédent, le Conseil Suprême (parlement) avait soutenu à l'unanimité la candidature d'Askar Akaev, un membre de l'Académie Kirghize des Sciences, à la présidence du pays.
- Le 2 septembre 1991, lors d'une réunion extraordinaire du Conseil Suprême, le président annonce un nouveau projet politique et économique pour le Kirghizstan indépendant. Le pays choisit le développement politique par des moyens démocratiques, et opte pour l'économie de marché.
- Au cours des trois derniers mois de 1991, le président du Kirghizstan rend visite à des pays voisins et établit des contacts avec des leaders étrangers. Le Kirghizstan réussit à rejoindre différentes organisations internationales, y compris les Nations Unies.
- En décembre 1991, après la disparition de l'Union Soviétique, le Kirghizstan devient automatiquement membre de la CEI.

1992



En février, le président proclame une nouvelle doctrine d'Etat, "Kirghizstan - notre maison commune", sorte de base pour les politiques intérieure et extérieure du pays.
- Au printemps, Askar Akaev signe un nombre important d'accords internationaux, incluant un accord d'amitié éternelle avec la Russie, un accord de coopération avec la Chine, et un accord pour le développement des relations avec les Etats-Unis.
- En été, l'économie kirghize reçoit ses premiers crédits pour sa réforme et le développement de son secteur privé. Les industries et fabriques sont transformées en compagnie joint-ventures. L'industrie lourde est marginalisée au profit de l'industrie légère.
- L'hiver suivant, les organisations internationales et les ambassades ouvrent leurs premiers bureaux représentatifs à Bishkek.

1993



L'année 1993 est marquée par les premières élections présidentielles et parlementaires depuis l'indépendance. Askar Akaev est élu président, et le premier Jogorku Kenesh (Parlement) approuve la Constitution du Kirghizstan indépendant.
- La Constitution kirghize porte à cinq années le mandat présidentiel et confère au pays une double chambre parlementaire.
- C'est aussi l'année de l'introduction d'une monnaie nationale - le som, pour un taux de change initial fixé à 5 soms pour un dollar (aujourd'hui, 42).

1994



Le Kirghizstan adhère à la Convention des Nations Unies sur la Protection des Droits de l'Homme, au Traité de Sécurité Collective de la CEI, et autorise la venue d'une mission d'observation de l'OSCE.
- Pendant la visite du Président Akaev au quartier général de l'OTAN à Bruxelles, le Kirghizstan est inclus dans la liste des pays disposant d'une économie développée et d'une stabilité politique, orienté vers des réformes démocratiques.

1995



Le pays célèbre en août 1995 le millénaire du poème épique narrant la légende du guerrier kirghiz Manas.
- En septembre se tient le premier référendum sur l'introduction de la privatisation des terres.

1996



Le président Askar Akaev entreprend sa première visite officielle aux Etats-Unis, tandis qu'une délégation kirghize prend part à une session de l'Assemblée Générale de l'ONU.

1997



Année de la visite des leaders étrangers au Kirghizstan et l'affluence de crédits et concessions. Le Kirghizstan reçoit 50 millions de dollars consacrés au développement de son économie. Le tourisme est déclaré prioritaire, et un nouveau slogan émerge : "Kirghizstan - une autre Suisse". Les investisseurs étrangers viennent à Bichkek et lancent la construction des hôtels Pinara et Hyatt dans la capitale.

1998



La prospérité du commerce privé au Kirghizstan. Le président Akayev renvoie le cabinet ministériel, qui s'était mis en place en 1991.

1999



En août, les guérilleros du Mouvement Islamique d'Ouzbekistan (MIO) envahissent le sud du Kirghizstan et capturent des géologues japonais travaillant là-bas. Le gouvernement envoie les Gardes Nationaux sous le commandement du général Abdygul Chotbaev dans le sud afin de contrer les envahisseurs. Les militaires kirghizes mettent en défaite les terroristes et libèrent les otages japonais.

2000



L'été 2000, les guérilleros de l'IMU, aidés des talibans, envahissent de nouveau le sud du Kirghizstan, et sont de nouveau repoussés.
- Le Kirghizstan élit un nouveau parlement central. Askar Akaev est réélu pour un second mandat.
- Felix Kulov, ancien maire de Bishkek et leader du parti d'opposition Ar-Namys (Dignité), est arrêté et condamné à 10 années d'emprisonnement (il doit être libéré en novembre 2005).

2001



Une année relativement calme pour le Kirghizstan.
- Le président Askar Akaev condamne l'attaque terroriste du 11 septembre contre les États-Unis et appuie le président américain déclarant la guerre au terrorisme international.
- Le gouvernement du Kirghizstan permet à la coalition antiterroriste menée par les Etats-Unis de déployer ses forces aériennes à partir de l'aéroport de Manas (près de Bishkek). Plus tard, en décembre, les premiers contingents militaires arrivent à l'aéroport de Manas, suivis par des militaires venus de France, de Norvège, de Grande Bretagne, du Danemark, et de Corée du Sud.

2002



Au printemps, dans la région d'Aksy au sud, la police tue six protestataires demandant la libération d'Azimbek Beknazarov, représentant de la région d'Aksy. L'opposition exige la démission d'Akaev et une punition sévère à l'encontre des responsables de la tragédie, en particulier le chef du bureau du Président, le ministre de l'intérieur et les autorités de la région d'Aksy. Le Président décide alors de les renvoyer, tandis que le Premier Ministre démissionne. Askar Akaev nomme un nouveau Premier Ministre, Nikolai Tanayev, encore en fonction aujourd'hui.
- A l'automne, le Kirghizstan accueille le "Global Mountain Summit", créé par le Président Askar Akaev.
- En décembre, au cours de la visite du président Russe Vladimir Poutine, les deux pays signent un ensemble de documents majeurs portant sur la coopération bilatérale. Le ministre russe de la Défense, Sergeï Ivanov, prend part à la cérémonie d'inauguration d'une base russe de l'armée de l'air à Kant, une petite ville située à 30 km à l'est de Bichkek.

2003


- Le Président déclare 2003, année de la citoyenneté kirghize, tandis que la nation célèbre les 2200 ans de la fondation du premier Etat kirghize.
- Par la suite, le Kirghizstan tient un référendum national sur deux questions : l'établissement d'un vote de confiance pour le Président et la révision de la Constitution. Les citoyens du Kirghizstan vont exprimer leur confiance envers Akayev et approuver la Constitution révisée, qui introduit une chambre unique pour le Parlement et réforme les pouvoirs du Président.
- L'année 2003 se conclut par des visites d'Akaev au Bénélux, en Norvège et au Montana, USA, où le chef d'Etat signe des accords de coopération agricole. Par ailleurs, les militaires du Montana signent un accord de coopération militaire technique avec les Gardes Nationaux kirghizes. Il est stipulé dans cet accord que prochainement dans l'année, le Kirghizstan bénéficierait des derniers équipements en matière de communication radio.

2004



Lancement de la campagne en vue des élections législatives du printemps 2005 (29 février) et des élections présidentielles de l'automne 2005 (10 octobre). Tout porte à croire que ces prochaines élections seront déterminantes, dans la mesure où, selon la Consitution, le président Akaev ne peut pas (normalement) remplir un 3ème mandat. L'opposition, de son côté, fourbit ses armes, mais part, pour le moment, en ordre divisé.


Darya Malevanaya/The Times of Central Asia - 26 août 2004. Traduction de l'anglais par Alexandre Kebabdjian/Colisée