Un canal de discorde entre l'Ukraine et la Roumanie (2004)
2012-12-14

Le canal de Bistraya a été officiellement inauguré le 26 août par le président ukrainien Leonid Kuchma. L'ouvrage n'était plus praticable depuis une dizaine d'années et doit, d'ici 2005, permettre aux cargos de gros tonnage de rejoindre la Mer Noire via le Danube. Les navires allant en Ukraine ne s'acquitteraient ainsi pas des taxes douanières roumaines. Le jour même, le gouvernement roumain a annoncé son intention de porter l'affaire devant la Cour Internationale de Justice.

L'Ukraine a pour sa part manifesté son « étonnement » face à la réaction roumaine, soulignant sa « lenteur ». Les autorités ukrainiennes mettent en avant les bénéfices économiques que ce canal apporterait au pays ainsi qu'à la Russie et à « d'autres pays ». Un traité trilatéral sur l'environnement entre l'Ukraine, la Moldavie et la Roumanie a été mis en place en 1997, mais ratifié par la Roumanie seulement en 2003. 4000 emplois devraient être créés dans une zone sinistrée économiquement selon Kiev.

Le sénat roumain a demandé le 1er septembre 2004 aux pays membres du Conseil de l'Europe et de l'Union Européenne d'aider à stopper la construction de l'ouvrage par l'Ukraine.

Ce projet met en danger tout l'écosystème du delta du Danube, selon les organisations écologistes et le [WWF->http://www.panda.org/about_wwf/where_we_work/europe/where/danube_carpathian/danube_river_basin/index.cfm].
Ce delta qui couve plus de 5000 km², a été classé « patrimoine de l'humanité » par l'Unesco et abrite de très nombreuses d'espèces protégées.
L'Union Européenne a demandé une étude d'impact approfondie avant la poursuite des travaux.
Un arbitrage international pourrait aussi être mis en place, comme cela avait le cas pour la centrale de Gabcikovo, entre la Hongrie et la république Tchèque.