Pour le président du Kirghizstan, les "révolutions de velours" visent à affaiblir la CEI
2010-04-07

La prolifération de la technologie de "révolution de velours", qui a à sa base le concept de souveraineté limitée, vise à affaiblir la CEI (Communauté des Etats indépendants), à isoler les pays l'un de l'autre. C'est ce qu'a estimé le président du Kirghizistan, Askar Akaïev, en clôturant la présentation de son nouveau livre intitulé "Envisager l'avenir avec optimisme. Réflexions sur la politique extérieure et l'ordre mondial". La présentation s'est déroulée à Moscou à l'Académie diplomatique du ministère russe des Affaires étrangères.

Selon le président, la "révolution des roses" en Géorgie l'a incité à écrire un livre. Askar Akaïev considère cet événement comme un défi aux nouveaux Etats dans l'espace post-soviétique.

Il a qualifié son livre de réponse à ce défi.

S'agissant du concept de souveraineté limitée, le leader kirghiz a indiqué qu'il préconisait la souveraineté, mais il croît possible d'appliquer le principe de souveraineté limitée dans les Etats en crise si la communauté mondiale en la personne de l'ONU le décide. Dans ce cas-là, le Conseil de sécurité des Nations unies devra adopter une résolution appropriée.

Evoquant les problèmes du monde islamique, Askar Akaev s'est prononcé pour une modernisation des pays musulmans sur l'initiative de ces mêmes pays. Selon lui, il existe dans le monde musulman des hommes politiques qui envisagent une modernisation en estimant que la civilisation islamique est capable de combattre elle-même le terrorisme et l'extrémisme. Le président a fait ressortir que les modèles occidentaux s'assimilaient difficilement dans les pays musulmans.

RIA-Novosti. 13 septembre 2004