Ouzbékistan : 13 ans de politique étrangère axée sur la sécurité régionale
2004-09-22

En 1991, l'Ouzbékistan a émergé en tant que pays souverain après plus d'un siècle de domination russe - d'abord en tant que partie intégrante de l'empire Russe, puis comme République de l'Union Soviétique.

Islam Karimov, qui est devenu le premier président du pays, et qui est toujours en fonction, a assuré dès le début que sa politique intérieure et étrangère serait calquée sur les intérêts nationaux. Résultat : l'Ouzbékistan est considéré comme l'un des Etats les plus prospères de l'Asie Centrale.

Un acteur géostratégique important



L'Ouzbékistan, comme toutes les précédentes républiques soviétiques, est passée par de nombreux hauts et bas. Toutefois, les dernières années ont apporté un progrès énorme. Autrefois critiqué pour ses politiques fermées, l'Ouzbékistan est devenu un acteur important dans l'arène internationale.

Le leadership ouzbek a émis de nombreuses propositions pour assurer la sécurité régionale et globale. En particulier, la communauté internationale a apprécié l'initiative prise par l'Ouzbékistan d'installer en 2001 un centre international de lutte contre le terrorisme sous la coupe du Conseil de Sécurité de l'ONU, afin d'apporter la paix et la stabilité en Afghanistan, et d'établir une zone nucléaire libre en Asie Centrale.

La fondation de ce centre a incarné les efforts sécuritaires de l'Ouzbékistan dans la région. Le pays est également devenu l'un des alliés les plus proches de la coalition menée par les Etats-Unis durant les opérations militaires en Afghanistan, qui visaient à l'éradication des sources de la terreur internationale, de l'extrémisme et du fondamentalisme. Le pays a été le premier en Asie Centrale à fournir aux forces de la coalition des bases militaires pour les opérations de recherche et de secours. Pendant ce temps, l'Ouest, les Etats-Unis surtout, ont réalisé l'importance de l'Ouzbékistan dans la sécurité régionale et ont signé signé avec ce pays un traité de partenariat stratégique.

L'instauration d'une sécurité régionale



Au même moment, l'Ouzbékistan a poursuivi sa politique de renforcement des liens avec ses voisins de l'Est et ses partenaires de la CEI. Le pays a joué un rôle actif dans l'Organisation de Coopération de Shanghaï (OCS), connue pour avoir contribué avec énergie à la sécurité régionale et à la stimulation d'un multilatéralisme parmi les pays participants.

Durant la présidence de l'OCS par l'Ouzbékistan, de mai 2003 à juin 2004, les relations internationales de l'organisation ont progressé en direction des pays voisins. La Mongolie a obtenu le statut d'observateur. Le président Afghan Hamid Karzai a assisté au Sommet de Tachkent de l'OCS, à l'initiative du président Karimov. Dans ce contexte, en 2004, les deux grandes puissances membres de l'OCS - la Russie et la Chine - ont cherché à accroître la coopération avec l'Ouzbékistan. Au Sommet de Tachkent de l'OCS, les leaders ouzbek et russe ont signé un traité de partenariat stratégique. Au cours d'un sommet Ouzbékistan-Chine, les deux pays se sont mis d'accord pour rehausser le niveau de leurs relations bilatérales.

L'Ouzbékistan est aussi connu pour avoir préconisé une zone nucléaire libre dans la région d'Asie Centrale, visant à étendre la sécurité régionale, et qui reçut l'entier soutien de la communauté internationale. Actuellement, la réalisation de ce projet est en route.

Unir l'Est et l'Ouest



Les liens de l'Ouzbékistan avec les pays de l'est et de l'ouest s'expliquent facilement. Le terrorisme international, l'extrémisme religieux et le trafic de drogues minent sérieusement la stabilité globale, et le seul moyen de sauver la paix est une coopération internationale étendue et solide. Étant donné que l'Asie Centrale est située sur la ligne de front de la guerre contre la terreur internationale, cette grande région devrait prendre la marche de la collaboration internationale. Par conséquent, unir les efforts de tous les pays d'Asie Centrale intéressés autour d'objectifs communs, établir un environnement stable et prospère dans la région, sont devenus les objectifs ultimes de la politique étrangère de l'Ouzbékistan.

D'après Elena Chadova/The Times of Central Asia - 26 août 2004. Traduction de l'anglais par Alexandre Kebabdjian/Colisée.