Russie : Les réserves de change battent des records (2004)
2011-08-26

Les réserves or-devises de la Russie ne cessent de s'accroître. Elles ont atteint, au début octobre, 95,3 milliards de dollars. Le pays se retrouve à la quatrième place dans le monde, derrière le Japon, la Chine et Singapour. Il devance des poids lourds de l'économie mondiale tels que les Etats-Unis, l'Allemagne et la France.

Un examen approfondi de ce phénomène montre que les réserves d'or, estimées à 3 754 millions de dollars, n'ont pas évolué. Ce qui signifie que cette croissance spectaculaire est due uniquement à l'achat de devise américaine par la Banque de Russie sur le marché intérieur.

Il faut y voir aussi le résultat de la politique monétaire judicieuse, menée ces dernières années par la Russie. Aux termes de la loi sur la réglementation monétaire, la Banque Centrale a le droit, après concertation avec le gouvernement, de décréter ce que l'on appelle la réservation des fonds, qui vise à limiter les mouvements de capitaux. Cette mesure permet d'éviter des fluctuations trop brusques du cours de la monnaie nationale et de maintenir une balance des paiements stable.

La Banque de Russie s'en tient résolument à cet objectif : empêcher une consolidation excessive du rouble en "épongeant" sur le marché les "dollars en trop" et en augmentant, par là même, ses réserves de change. Son vice-président, Alexéï Oulioukaïev, estime que les réserves de change franchiront la barre des 100 milliards de dollars avant la fin de l'année. À en juger par la dynamique de ces dernières semaines, il semble que ce seuil sera de toute évidence atteint bien avant.

La montée spectaculaire des cours du brut sur les marchés mondiaux contribue grandement à cet accroissement des réserves de change. Certains experts évaluent à plusieurs centaines de millions de dollars le bénéfice pour la Russie d'une hausse de 1 dollar du prix du baril de brut. Or, en septembre, l'industrie du pétrole a considérablement augmenté ses volumes d'exportation et les rentrées en devises sur le marché financier russe dépassent largement les prévisions. Pour absorber ce "trop-plein", la Banque de Russie doit "permettre" à ses réserves de change de s'accroître.

RIA-Novosti/12 octobre 2004