Roumanie : Rencontre protestante d'Oradea
2004-10-20

Les souffrances de l'époque communiste ont refait surface lors de la rencontre européenne de l'Alliance réformée mondiale (ARM), qui s'est tenue du 18 au 23 août 2002 à Oradea, en Roumanie. L'attitude passée des Églises face aux régimes communistes d'Europe de l'Est a été sévèrement critiquée.

À Oradea, la minorité hongroise de Roumanie a manifesté son identité nationale. Elle l'a fait en présence de l'évêque réformé Laszlo Tökes, président honoraire de l'Alliance démocratique des Magyars de Roumanie (UDMR), qui avait défié Ceaucescu lors de la révolution qui a renversé la dictature en décembre 1989. Fervent nationaliste, l'évêque de l'Eglise réformée de Roumanie, qui accueillait la réunion, a lancé une mise en garde : « Le fantôme de l'ancien dictateur Nicolae Ceaucescu continue de nous hanter ». Il a appelé le Conseil de la zone européenne de l'ARM à adopter «une position claire » concernant le passé communiste.

Quarante-huit délégués d'Eglises réformées se sont retrouvés à Oradea, non loin de la frontière hongroise, à l'occasion de l'assemblée de la zone européenne de ARM, rencontre qui a lieu tous les sept ans. Krister Andersson, président du comité de la zone européenne, a rappelé aux délégués que la question de l'héritage du régime communiste a été à maintes reprises soulevée ces dernières années au sein du comité. « Nombreux sont ceux qui, en Occident, ne comprennent pas les épreuves que vous avez traversées », a-t-il souligné.

Certains délégués ont sérieusement mis en cause l'attitude frileuse du COE durant la période communiste, et son silence devant les violations des droits de la personne dans ces pays d'Europe centrale et orientale.

(APIC, 23 et 28/08/2002)

Source : AED - Info / [URL : http://www.aed-france.org/observatoire/pays.php?id=31]