Serbie : les élections locales confirment le face-à-face Démocrates/Radicaux (2004)
2012-05-12

La participation aux élections locales du dimanche 19 septembre n'a été que de 34% dans toute la Serbie, et 32 % à Belgrade. Le Parti démocratique (DS) arrive en tête à Belgrade et beaucoup de grandes villes, mais l'extrême droite progresse encore, notamment en Voïvodine, où avaient également des élections pour le Parlement régional. Les partis de l'actuelle coalition gouvernementale essuient un nouvel échec.

Avec 34 % des électeurs inscrits, la participation est arrivée à son plus bas niveau depuis les premières élections pluripartites en Serbie en 1990. Les électeurs devaient désigner les membres des futurs conseils municipaux, tandis que les maires des grandes villes étaient élus pour la première fois au suffrage majoritaire direct. Un second tour sera donc nécessaire dans la quasi-totalité des communes le 3 octobre.

Le Parti démocratique est en tête à Belgrade, Nis, Zrenjanin, Krusevac, tandis que la candidate radicale arrive en tête à Novi Sad. Le candidat du Mouvement serbe du renouveau (SPO) est en tête à Kragujevac, et celui de Nouvelle Serbie (NS) à Cacak. Le candidat du Parti de l'unité serbe (extrême droite) est en tête à Jagodina. Le Parti socialiste de Serbie (SPS) obtient de relativement bons scores, notamment à Cacak, et reprend la main à Pozarevac, la ville natale de Slobodan Milosevic, où il arrive en tête.

Les partis de l'actuelle coalition gouvernementale sont laminés, notamment le G17+, qui avait concentré ses efforts à Belgrade où sa candidate n'obtient que 2,8 %. Le Parti démocratique de Serbie (DSS) accumule également les contre-performances, sauf à Belgrade. Le Premier ministre Kostunica se déclare pourtant satisfait, et écarte l'hypothèse d'élections législatives anticipées.

Les partis albanais dominent largement le scrutin à Presevo, tandis que la bataille pour le contrôle de Novi Pazar oppose violemment les partis bosniaques-musulmanes, la Coalition pour le Sandjak de Sulejman Ugljanin et le Parti démocratique du Sandjak (SDP) de Rasim Ljajic. Quelques incidents ont eu lieu à Novi Pazar.

Extrait d'un article publié le 20 septembre dans Danas, sous la signature de B.T. et E.D. et mis en ligne le 20 septembre par Courrier des Balkans (traduction Jean-Arnault Dérens). Pour lire l'article en entier, cliquer [URL : http://www.balkans.eu.org/article4597.html]