Géorgie : l'imbroglio des élections présidentielles abkhazes continue (octobre 2004)
2012-03-12

La Cour Suprême de Soukhoumi décide un recomptage des votes du 3 octobre

Avec les aléas de son élection présidentielle, Soukhoumi provoque l'inquiétude de Moscou. Une commission ad hoc recomptera les bulletins de vote. La communauté internationale condamne ces élections "illégitimes" et appelle à une solution pacifique entre l'Abkhazie et la Géorgie. Tbilissi, après avoir proposé son plan de paix à l'Assemblée Générale des Nations-Unies, attend de savoir avec qui les négociations reprendront.

Après que la Commission Centrale des Élections de Soukhoumi ait tour à tour déclaré vainqueurs les deux principaux candidats, Raoul Khadjimba (pro-gouvernemental et pro-russe) et Sergueï Bagaptch (opposition et nationaliste), après que le président de ladite commission et plusieurs de ses membres aient démissionné, après que le président russe Vladimir Poutine ait personnellement désigné "premier ministre d'Abkhazie" un fonctionnaire russe d'origine abkhaze, Nodar Khashba, après que le candidat de l'opposition ait refusé l'offre russe de valider son élection comme "président de l'Abkhazie" à la condition qu'il choisisse Nodar Khashba comme "premier ministre", l'Abkhazie est à nouveau dans une impasse.

La Cour Suprême a décidé le 26 octobre un recomptage des votes du 3 octobre. Le candidat d'opposition Sergueï Bagaptch avait été déclaré vainqueur le 11 octobre avec 50,08 % des voix. Le candidat pro-gouvernemental avait fait appel auprès de la Cour Suprême. Les partisans des deux candidats avaient manifesté tout au long du mois d'octobre. Le président sortant, Vladislav Ardzinba, en avait solennellement appelé à la nation abkhaze, afin d'éviter le chaos.

Le recomptage des votes s'effectuera par une commission ad hoc, composée d'un représentant de la Commission Centrale des Élections et de deux représentants de chaque candidat. Il commence le 27 octobre.

Hors la Fédération de Russie, qui n'a pourtant pas reconnu la sécession de l'Abkhazie de la Géorgie, la communauté internationale a déclaré "les élections présidentielles d'Abkhazie illégitimes et inacceptables sur le plan du principe", en conformité avec la position officielle de la Géorgie.

En septembre 2004, son président, Mikhaïl Saakachvili, a présenté à l'Assemblée Générale des Nations Unies un plan de paix reposant sur une Fédération de Géorgie dans laquelle l'Abkhazie constituerait l'un des États. Le retour des 300.000 Géorgiens déplacés d'Abkhazie en 1993 en était une autre clé.

Voir aussi :
- [URL : 1442]
- [URL : 1492]
- [URL : 1500]