Liberté de la presse selon RSF : la Géorgie se classe 94e sur 167 pays (2004)
2013-12-13

Reporters Sans Frontières

A partir des réponses à une cinquantaine de questions, Reporters Sans Frontières évalue chaque année la situation de la presse sur les cinq continents du monde. En 2004, ses 130 correspondants locaux, 14 associations de défense de la liberté d'expression, des journalistes, des chercheurs, des juristes et des militants des droits de l'homme ont participé à l'enquête : 167 pays sont classés, certains pays n'ont pu l'être faute d'information.

Huit pays arrivent en tête ex-aequo, le Danemark, la Finlande, l'Irlande, l'Islande, la Norvège, les Pays-Bas, la Slovaquie et la Suisse.

Trois pays ferment la marche, la Birmanie, Cuba et la Corée du Nord.

La Russie, le Caucase et l'Asie centrale sont à la traîne.

Le contrôle total exercé par le Kremlin sur les télévisions nationales a été illustré de manière flagrante par la couverture biaisée de la tragique prise d'otages de Beslan, en Ossétie du Nord

(Russie, 140e)

. A cette occasion, de nombreux journalistes russes et étrangers ont été empêchés de travailler et la censure sur la Tchétchénie s'est étendue aux républiques voisines. Le correspondant de l'Agence France-Presse dans la région est toujours porté disparu, tandis que deux journalistes ont été tués, dont le rédacteur en chef du magazine américain Forbes, assassiné à Moscou pendant l'été.

En

Ukraine (138e)

, dans la perspective de l'élection présidentielle d'octobre 2004, les journalistes proches de l'opposition, ainsi que certains médias étrangers, ont été censurés. Par ailleurs, le nombre d'agressions a été très élevé et les responsables des assassinats de journalistes, dont celui de Guiorgui Gongadzé, bénéficient toujours d'une impunité totale.

La chute de

l'Azerbaïdjan(136e)

fait suite à la dégradation de la liberté de la presse depuis l'élection présidentielle d'octobre 2003. Lors des émeutes qui ont suivi le scrutin, près de 100 journalistes ont été agressés et interpellés. L'un d'entre eux, également chef d'un parti d'opposition, a été condamné à cinq ans de prison.

Les troubles dans les républiques d'Adjarie et d'Abkhazie, en

Géorgie (94e)

, ont donné lieu à des violations de la liberté de la presse qui sont en grande partie à l'origine du recul de ce pays.

L'Arménie

est classée

83e

, et

la France 19e

.

Textes extraits du rapport RSF.