Haut-Karabagh : présentation générale
2009-02-09

Situé au sud-est de l'Arménie et au sud-ouest de l'Azerbaïdjan, entre 1 800 et 2 800 mètres d'altitude, le Haut-Karabagh (en russe Nagorny veut dire montagneux) est un territoire situé en Azerbaïdjan, majoritairement peuplé d'Arméniens, et qui s'est auto-proclamé République indépendante à la suite d'un conflit dont nous retraçons ci-après les grandes lignes. Pomme de discorde entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, ce conflit a provoqué l'exode de plus de 1.200.000 personnes réfugiées ou déplacées (plus de 800.000 pour l'Azerbaïdjan, et près de 400.000 pour l'Arménie), et entraîné plusieurs dizaines de milliers de morts ou de blessés.

Cette région, située en Azerbaïdjan, est uniquement peuplée de citoyens d'origine arménienne depuis l'exode des azerbaïdjanais et des minorités diverses qui sont parties à l'occasion des opérations de guerre. Appelée Artsakh par les Arméniens, elle s'est constituée en République du Haut Karabagh (RHK) le 6 janvier 1992.

Elle n'est pas reconnue internationalement, mais elle s'est donné, peu à peu, des attributs de souveraineté. Elle a une Constitution, un drapeau, un président de la République, un Parlement et un gouvernement. Elle demande même un visa aux étrangers qui viennent la visiter (délivré par la Représentation du Haut Karabagh à Erevan). Elle émet des timbres, mais n'a pas de monnaie en propre, dans la mesure où elle utilise le dram arménien. Sa capitale est Stepanakert (Khankendi en langue azérie). Son chiffre de population semble être un secret stratégique. Il varie entre 80.000 et 140.000 selon les sources. Un certain nombre de personnes sont parties chercher du travail en Arménie ou dans d'autres pays, mais seraient disposées à revenir en cas de normalisation de la situation. Il semble d'ailleurs qu'un mouvement de retour ou même d'immigration s'amorce.

La "République du Haut Karabagh" ouvre peu à peu des Bureaux d'information dans un certain nombre de capitales. Celui de Paris, qui s'appelle "Bureau d'information socio-politique du Haut Karabagh", fonctionne depuis octobre 1988. Son responsable est M. Artak Haroutunian. Adresse : 34, avenue des Champs Elysées 75008 Paris. Tél. 01 53 75 17 40. Fax. 01 53 75 17 41. Email : [URL : ardague@aol.com].

Il édite une revue en langue française "La Tribune du Haut Karabagh". Il a mis en place une Association de soutien au Haut Karabagh.

Sur un plan économique, le territoire souffre des suites de la guerre et de son isolement géographique. Les frontières avec l'AzerbaÏdjan et la Turquie étant fermées, il ne peut commercer qu'avec l'Iran (mais les communications sont difficiles) et surtout avec l'Arménie, dont dépend en grande majorité sa survie. La liaison routière avec Erevan se fait en 5-6 heures, grâce à une route à grande circulation entre Goris et Latchin, qui a été financée par le Fonds arménien. Ce même Fonds est en train de construire une route transversale Nord - Sud, destinée à relier les principales villes du Haut Karabagh. L'aéroport de Stepanakert est impraticable pour des raisons techniques et diplomatiques. C'est dire l'intérêt que représente la recherche d'une solution politique du conflit, qui permettrait de désenclaver cette région.