Géorgie : Accord en Abkhazie pour dénouer la crise électorale (décembre 2004)
2012-03-12

Les rivaux de la course à la présidence de la république géorgienne d'Abkhazie ont conclu un accord sur la tenue d'un nouveau scrutin, prévoyant le partage du pouvoir. Ils évitent à la région sécessionniste un coûteux blocus économique par la Russie.

Le candidat d'opposition Sergueï Bagapch, proclamé vainqueur après un second comptage des bulletins de vote contesté par le protégé du Kremlin Raoul Khadjimba, a finalement renoncé à son investiture prévue lundi.
Au terme de discussions de dernière minute, sous la médiation du procureur général adjoint de Russie Vladimir Koslenikov, les deux rivaux sont convenus d'organiser un nouveau scrutin présidentiel. Ils s'associeront sur un même ticket: M. Bagapch sera candidat à la présidence et M. Khadjimba briguera la vice-présidence.

"Mais nous aurons des pouvoirs pratiquement identiques", a assuré le candidat de l'opposition. L'Abkhazie était en pleine agitation depuis le mois d'octobre, Sergueï Bagapch accusant Raoul Khadjimba d'avoir truqué les élections à son actif.

"Il s'agit d'un compromis très solide (...) Nous allons faire en sorte que les choses se passent plus calmement, dans l'ordre", a souligné M. Bagapch. M. Khadjimba a de son côté annoncé un accord entre les deux hommes pour que leurs partisans déposent leurs armes afin de réduire la tension dans la capitale régionale Soukhoumi.

Les deux ex-rivaux, qui ensemble avaient réuni sous leurs noms 85 % des suffrages lors de la première élection, sont pratiquement assurés de l'emporter, ensemble, lors du nouveau scrutin, dont la date n'a pas été arrêtée.

La Russie, dont la Géorgie a encore dénoncé jeudi "l'ingérence" en Abkhazie, a instauré la semaine dernière un blocus économique et ferroviaire du territoire séparatiste frontalier de son territoire, le motivant par "l'instabilité de la situation".

SDA-ATS