Géorgie : 3ème remaniement ministériel en 10 mois (décembre 2004)
2012-11-14

Nouveau vice-premier ministre. Valse des ministres d'État. 10 postes de ministres concernés.

Le remaniement ministériel du 14 décembre 2004 est présenté par Mikhaïl Saakachvili sous le signe d'une meilleure efficacité. En 10 mois, une dizaine de ministres ont été laissés au bord de la route.

Si la proposition de remaniement est approuvée par le Parlement, les responsabilités officielles au sein de la République de Géorgie s'établiront de la manière suivante :

Président

: Mikhaïl Saakachvili, 36 ans, élu le 04.01.04 et investi le 25.01.04.

Présidente du Parlement

: Nino Bourdjanadzé, 39 ans, présidente de la République par intérim de novembre 2003 à janvier 2004,

Premier Ministre

: Zourab Jvania, 41 ans, novembre 2003 (par interim), 17.02.04.

Vice-premier Ministre

: nomination de Guiorgui Baramidzé, 36 ans, en remplacement de Vano Mérabichvili, également ministre d'Etat chargé de l'Intégration aux Structures Européennes en remplacement de Tamar Béroutchachvili.

Ministres d'Etat

:

Nominations nouvelles :
- Vano Mérabichvili, 36 ans, chargé du ministère de la Police et de la Sécurité Publique, en remplacement d'Irakli Okrouachvili. Il avait remplacé Zourab Adéichvili à la sécurité le 10.06.04. Un service de contre-espionnage serait créé au sein du ministère.
- Kakha Bendoukidzé, 48 ans, chargé du ministère des Réformes Economiques. Il avait été nommé à l'économie, aux transports, aux communications, à la construction et à l'urbanisation le 10.06.04.
- Zinaïda Bestaeva, chargée de l'Intégration Civile.

Maintien :
- Guiorgui (Goga) Khaïndrava, 48 ans, chargé de la Résolution des Conflits depuis le 17.02.04.

Ministres

:

Nominations nouvelles :
- Irakli Okrouachvili, 31 ans, à la Défense en remplacement de Guiorgui Baramidzé (qu'il avait déjà remplacé le 10.06.04 à l'Intérieur).
- Alexis Alexidzé, à l'Economie, en remplacement de Kakha Bendoukidzé qui avait lui même remplacé Irakli Rékhviachvili le 10.06.04.
- Mikhaïl Simonichvili à l'Agriculture en remplacement de David Chervachidzé.

Maintiens :
- Eter Astermirova, 61 ans (17.02.04) : Réfugiés et Logement.
- Salomé Zourabichvili, 52 ans (10.06.04, en remplacement Tédo Djaparidzé) : Affaires Etrangères.
- Vladimir Tchiapiachvili (10.06.04, en remplacement Guigui Tsérétéli) : Travail, Santé et Affaires Sociales.
- Alexandre Lomaïa, 41 ans (17.02.04) : Education et Science.
- Thamar Lébanidzé, 41 ans (17.02.04) : Environnement et Protection des Ressources Naturelles.
- Zourab Nogaïdéli, 39 ans (17.02.04) : Finances.
- Guiorgui Papouachvili, 32 ans (17.02.04) : Justice.
- Guiorgui Gabachvili, 31 ans (17.02.04) : Culture, Protection des Monuments et Sports.
- Nikoloz (Nika) Guilaouri, 29 ans (17.02.04) : Energie.

Départs



Au 14.12.04 :
- Djamboul Bakouradzé, 60 ans, ministre d'Etat aux petites et moyennes entreprises (17.02.04),
- Gouram Absandzé, 52 ans, ministre d'Etat à la réconciliation nationale (17.02.04),
- Tamar Béroutchachvili, 43 ans, ministre d'Etat à l'intégration aux structures européennes (17.02.04),
- Zourab Mélikichvili, 33 ans, ministre d'Etat à la politique régionale et locale (10.06,04, devenu gouverneur de Kvemo Kartli),
- David Chervachidzé, 39 ans, ministre de l'agriculture (17.02.04).

Antérieurs :
- Tamar Souloukhia (36 ans),
- Tedo Djaparidzé,
- Guigui Tsérétéli,
- Guéla Béjouachvili (37 ans),
- Zourab Adéichvili (32 ans).

Il est probable que certaines modifications seront apportées avant le vote au Parlement, notamment aux délimitations de responsabilités des différents ministères.

Trois éléments d'explication : gouvernement à l'occidentale, priorités budgétaires et poids relatifs des personnalités



Ce remaniement répond aux objectifs affichés : constituer un gouvernement à l'occidentale et sortir de l'ère post-soviétique.

Mais il est certainement aussi nécessité par les priorités inscrites dans la proposition de budget 2005 :
- Recettes supplémentaires attendues des privatisations (200 millions de lari, 372 entreprises nationales concernées globalement, malgré les protestations parlementaires venant de l'opposition et de la majorité présidentielle),
- Doublement des dépenses pour la Défense par rapport à 2004,
- Remboursement accéléré de la dette extérieure (Finance),
- Remboursement de la dette aux organismes internationaux (Affaires Etrangères).

Il s'explique enfin par le poids relatif pris par un certain nombre d'hommes et de femmes au pouvoir en Géorgie :
- Même si leurs ambitions personnelles les y incitaient, Mikhaïl Saakachvili, Nino Boudjanadzé et Zourab Jvania ne peuvent rompre leur alliance au risque de tout perdre.
- L'homme qui monte est incontestablement Guiorgui Baramidzé : ministères de l'Intérieur, puis de la Défense, en première ligne en Adjarie et en Ossétie du Sud, à l'Intégration des Structures Européennes (OTAN en priorité), bien considéré à Washington.
- Vano Mérabichvili tisse également sa toile : après la Sécurité, l'Intérieur et les Services de Contre-Espionnage. Tbilissi serait devenue une place privilégiée pour le renseignement international, encouragée par le ballet des diplomates, des ONG, des observateurs et des journalistes.
- L'ultra-libéral Kahka Bendoukidzé conserve la confiance du Président, mais il indispose bien de ses collègues. N'a-t-il pas rapporté plusieurs centaines de millions de laris avec les privatisations ?
- Salomé Zourabichvili est en passe de réussir un pari risqué : en 6 mois, après avoir changé pratiquement tous les ambassadeurs en poste à l'étranger et ouvert des ambassades dans certains pays stratégiques (la Chine tout dernièrement), elle engage une réforme en profondeur de son ministère. 80 fonctionnaires seront renouvelés en 2005 (plus de 25 % des effectifs, plus de 2000 candidatures à ce jour).
- La nomination de Zinaïda Bestaeva, d'ethnie ossète, ayant résidé en Ossétie du Nord durant une dizaine d'année, ressemble aux défis que le Président Saakachvili aime prendre. Permettra-t-elle d'attirer la sympathie des populations ossètes autour de Tskhinvali ?
- Après avoir brossé les grandes lignes d'une Géorgie fédérale en mai 2004, avoir exposé un plan de paix pour l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud à l'Assemblée Générale des Nations Unies en septembre 2004, Mikhaïl Saalachvili demande à son gouvernement d'en construire le détail d'ici février 2005. L' homme de la négociation est l'inoxydable Goga Khaindrava - déjà ministre en charge du conflit en Abkhazie sous Edouard Chevardnadzé. L'aide de Zinaïda Bestaeva ne lui sera pas inutile.

Mirian Méloua.