Vu de Moscou : quel scénario après la victoire de V. Iouchtchenko à l'élection présidentielle d'Ukraine ? (décembre 2004)
2013-12-08

Évoquant la candidature éventuelle du futur chef du gouvernement Iouchtchenko, le leader du Parti social-démocratique d'Ukraine (PSDU) et député à la Rada suprême (parlement), Youri Bouzdougan, relève qu'ici trois possibilités sont possibles, annonce le quotidien "Vremia novosteï". La nomination au poste de premier ministre de Ioulia Timochenko équivaudrait à une grande lessive, elle affranchirait l'économie de ses secteurs parallèles et évincerait les oligarques. En cas d'application de réformes impopulaires, de réduction des salaires et des pensions de vieillesse par exemple, la nomination à la tête du gouvernement du leader des socialistes, Alexandre Moroz, semble probable, estime Youri Bouzdougan. On ne saurait non plus écarter l'arrivée d'un premier ministre peu connu mais docile et entièrement acquis au président.

Viktor Iouchtchenko a une profonde antipathie personnelle pour Viktor Medvedchouk (le chef de l'administration du président sortant, Léonide Koutchma). Si Viktor Medvedchouk n'émigre pas prochainement, il rejoindra l'opposition, affirme le député. Il s'efforcera d'entrer à la Rada et, peut-être, de forger une alliance avec le Parti communiste et le Parti socialiste.

Viktor Ianoukovitch, l'adversaire malheureux de Iouchtchenko dans la course à la présidence, sera "intouchable" quelles que soient les circonstances: pour Iouchtchenko, qui prône des idées démocratiques, c'est une question de principe.

Selon Youri Bouzdougan, la politique ultérieure du magnat de l'acier Rinat Akhmetov (influent oligarque du Donetsk qui avait appuyé Ianoukovitch dans sa campagne) dépend directement de ses intérêts économiques. L'alliance conclue entre Ianoukovitch-Akhmetov et la Russie pendant la campagne présidentielle était conjoncturelle. La Russie avec ses innombrables entreprises minières et aciéries non seulement n'est d'aucune utilité pour Akhmetov, mais encore elle constitue pour lui un concurrent sur le marché mondial. C'est pourquoi Iouchtchenko qui, avec l'appui de l'Occident, s'emploiera à annuler ou à sensiblement accroître les quotas d'acier sur le marché mondial, sera objectivement utile à Akhmetov. Il est possible qu'en coopérant avec le pouvoir Akhmetov se serve de l'opposition comme d'un atout. Seulement cette opposition aura un poids négligeable, à moins que de graves désaccords surviennent. On ignore encore si Ianoukovitch prendra ou non la tête de l'opposition. C'est peut-être là l'homme qui convient pour gérer le prolétariat du Donetsk.

Journal russe Vremia novosteï, rapporté par Ria-Novosti/27 décembre 2004