Croatie : Stipe Mesic confortablement réélu président de la république le 16 janvier 2005
2009-11-13

Cohabitation prolongée en Croatie : le président sortant Stipe Mesic, soutenu par l'opposition de centre-gauche, a été réélu haut la main dimanche 16 janvier au second tour d'un scrutin qui l'opposait à une ministre de l'actuel gouvernement conservateur, Jadranka Kosor, a annoncé tard dans la soirée la commission électorale.

Après dépouillement de la quasi-totalité des bulletins, le président sortant a recueilli 66 % des voix, contre 34 % à la ministre de la Famille et des Anciens combattants, a précisé la commission.

S'il mène son second mandat de cinq ans à son terme, Stipe Mesic conduira donc son pays jusqu'à son entrée dans l'Union européenne prévue fin 2009.

Le Premier ministre de centre-droit Ivo Sanader a expliqué la victoire facile de Stipe Mesic par «la prime au président sortant», par le soutien que lui avaient apporté neuf partis politiques d'opposition et par «son incontestable popularité».
Quelque 4,4 millions de personnes, dont 400.000 Croates vivant à l'étranger, étaient appelées aux urnes dimanche. Trois heures avant la clôture du scrutin, qui s'est tenu par un temps froid mais ensoleillé, la participation s'élevait à 40 %, un taux légèrement inférieur à celui enregistré au premier tour, selon la commission électorale. Le 2 janvier, seulement 50% des électeurs inscrits s'étaient déplacés.
Agé de 70 ans, le président centriste sortant avait manqué de peu une réélection dès le premier tour, recueillant 48,9 % des suffrages, contre 20,3 % pour sa rivale, Jadranka Kosor, qui a rang de vice-Premier ministre dans le gouvernement Sanader.

Entre les deux tours, cette femme de 51 ans a mené une campagne agressive, relayée par des stars croates du sport et de la musique, multipliant les attaques contre son adversaire dans l'espoir de devenir la première femme élue à la présidence de Croatie.

M. Mesic était soutenu par l'opposition de centre-gauche, tandis que Mme Kosor est issue de la Communauté démocratique croate (HDZ, conservateur), revenue au pouvoir il y a un an après avoir pris ses distances avec son passé nationaliste pour devenir un groupe conservateur pro-européen.

Au cours de leur campagne, les deux candidats se sont engagés à soutenir l'accession de la Croatie à l'Union européenne, à entretenir de bonnes relations avec les Etats-Unis, à coopérer pleinement avec le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), une condition clé pour l'ouverture de négociations d'adhésion à l'UE, le 17 mars prochain.

Snjezana Vukic/AP