Les Slovènes en formation européenne intensive
2005-01-28

L’Académie Administrative de Ljubljana (Upravna Akademija) a repris sa préparation aux concours en septembre 2004. Depuis trois ans, un groupe d’une vingtaine de fonctionnaires slovènes triés sur le volet bénéficie d’une formation intensive d’une semaine par mois, pendant un ou deux ans. Ce programme, dénommé « Fast Stream » est inspiré du modèle britannique. Il consiste à préparer aux concours d’accès à la fonction publique communautaire. Des postes de cadre A s’ouvrent en effet aux ressortissants des nouveaux Etats membres. Le recrutement se fait par la voie d’un concours difficile, où le candidat doit prouver sa connaissance des institutions et des politiques communautaires à travers des épreuves écrites - QCM et essais - et orales.

Des places rares et des exigences élevées



L’Académie Administrative, qui dépend du Ministère de l’Intérieur et forme les fonctionnaires nationaux, organise des sessions ouvertes à tous les Slovènes désireux de se présenter au concours : deux jours pour présenter à plusieurs dizaines de personnes les épreuves du concours et leur transmettre en ce temps record les clefs qui leur permettront de se lancer dans l’aventure. Mais les places sont très chères et les exigences élevées en conséquence.
D’où la mise en place de la formation Fast Stream. Les happy few, après avoir traversé la sélection leur permettant d’accéder à ce programme, doivent en outre obtenir l’accord de leur employeur (Ministères, Cour des Comptes, municipalités etc.) afin de se rendre disponible une semaine par mois pour six heures de cours par jour auxquelles s’ajoutent des cours de français, indispensables pour travailler dans les institutions communautaires.
Pendant ce temps, les dossiers s’amoncellent. En effet, si une certaine disponibilité est octroyée à ces jeunes gens, leurs tâches habituelles ne sont pas allégées. « C’est très difficile de mener tout de front, raconte Nuša, une des candidates. Je pensais au départ avoir du temps pour mener à bien mon travail, être active pour le Fast Stream et apprendre le français. C’est plus dur que je ne l’avais imaginé. » Nuša termine en même temps un mémoire de recherche en Sciences politiques.

Par ailleurs, du côté de leur employeur, on ne voit pas toujours d’un très bon œil que ces personnes, figurant parmi les « meilleurs éléments », manquent à l’appel le temps de leur formation, qui plus est pour partir ensuite à Bruxelles. Cette ambiguïté explique pour une part que le nombre de candidats au fast stream diminue chaque année. Certains ont beaucoup de difficulté à obtenir la fameuse autorisation.

L’attente des postes



Parmi les jeunes aspirants (entre 27 et 33 ans) à la fonction publique communautaire, le statut de fonctionnaire tient moins à une démarche volontaire de service à la collectivité qu’aux hasards de leurs parcours. S’ils réussissent le concours, les lauréats devront ensuite attendre un poste disponible. Alors s’ouvriront les portes de la Commission : un meilleur salaire, une expérience dans un environnement international, la satisfaction de participer à l’aventure européenne.

Certains, comme Anze ou Janez, ont obtenu une bourse du Gouvernement au cours de leurs études. Ils étaient alors dans l’obligation de rejoindre l’administration pendant quelques années. Janez est demeuré à son poste à la fin de cette période. Son travail au service de presse et de relations publiques du Gouvernement lui convient tout à fait. Ancien journaliste ayant passé une année à Londres comme correspondant, il est attiré par l’aventure européenne. Comme lui, Anze trouve excellente cette opportunité de changer d’environnement et de rejoindre une organisation qu’il n’idéalise pas mais qui l’attire par sa richesse humaine. Contrairement à d’autres, la vie à Bruxelles - la ville, le climat, un rythme de travail différent - de les inquiète pas. Il y a pourtant un certain saut à accomplir : les Slovènes vivent assez proches de la nature et chez eux, une journée de travail commence entre 7 et 8 heures du matin et se termine entre 15 heures et 17 heures.

Aujourd’hui, Janez a réussi le concours. Il ne sait cependant pas encore dans quel service il va travailler, mais il est heureux de figurer parmi les premiers Slovènes employés à la Commission européenne.


Héloïse Prieur




Lire [l'interview de Sandra Lestan, conseillère de la ministre de l’Intérieur, en charge de la Formation Fast Stream, Académie Administrative de Ljubljana->art1670]