Pour se rapprocher de l'UE, la Croatie doit coopérer pleinement avec le TPIY (2005)
2011-11-10

La Croatie doit "coopèrer pleinement avec le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie" pour que les négociations d'adhésion commencent comme prévu le 17 mars 2005 indiquait récemment la Commission européenne. Aujourd'hui, c'est le premier ministre luxembourgeois et président en exercice de l'Union européenne, Jean-Claude Juncker, qui enfonce le clou : le général Gotovina doit être trasnféré avant le 17 mars à La Haye pour que le processus d'adhésion suive son cours.

« Si la Commission devait donner ses recommandations sur les éléments actuels, nous ne pourrions pas recommander l'ouverture des négociations. Nous espérons que le gouvernement croate prendra ce message sérieusement. Il n'y a pas de raccourci vers l'Europe, juste la route normale, ce qui signifie le respect de la loi" a indiqué le porte-parole de la Commission. Le général Gotovina, qui est en fuite, représente actuellement le principal obstacle aux négociations. Mais il est considéré comme "un homme qui a contribué à la libération du pays" par une bonne part de la population croate.

Cette affaire coïncide avec une montée très nette de l'euro-scepticisme en Croatie, où un sondage indique que 49 % seulement des Croates sont maintenant favorables à l'intégration.


Source : [Commission européenne->http://europa.eu.int/rapid/pressReleasesAction.do?reference=IP/05/110&format=HTML&aged=0&language=fr&guiLanguage=en]