Kirghizstan : fortes manifestations de l'opposition pour protester contre les résultats des élections législatives donnant 90 % des sièges au pouvoir en place
2011-12-18

Les élections législatives au Kirghizstan se sont déroulées en deux tours, le 27 février et le 13 mars derniers. Quelque 400 candidats briguaient les 75 sièges du parlement. 90 % des sièges ont été attribués à des députés pro-gouvernementaux ou indépendants, dont la fille et le fils du président du pays, Askar Akaïev.

Les sympathisants des candidats ayant perdu aux élections - dont la grande majorité représente l'opposition - ont entamé des actions massives en vue de faire annuler les résultats de ces éjections. À Djalal-Abad et à Och, les manifestants occupaient des bâtiments administratifs respectivement depuis le 4 et le 18 mars, mais des policiers anti-émeute ont pris d'assaut ces bâtiments le dimanche 20 mars à l'aube, alors les autorités avaient annoncé qu'elles n'entendaient pas recourir à la force armée et qu'elles étaient disposées à négocier avec l'opposition. En guise de représailles, des manifestants réclamant l'annulation des résultats des élections législatives ainsi qu'un changement du pouvoir dans la république ont occupé l'aéroport et la mairie du chef-lieu de région Djalal-Abad. Les manifestants ont déclaré qu'ils voulaient ainsi empêcher que des avions se posent à Djalal-Abad avec des policiers anti-émeute en provenance de Bichkek. Le bâtiment aurait été presque entièrement été détruit par des jets de bouteilles incendiaires.

Nikolaï Tanaïev a déclaré que les autorités kirghizes étaient toujours disposées à prendre place à la table de négociation avec les représentants de l'opposition. Selon le premier ministre, il s'est déjà entretenu par téléphone avec l'un des leaders de l'opposition qui actuellement se trouve à Djalal-Abad. Il a souligné que les forces de l'ordre qui avaient libéré les bâtiments administratifs à Och et Djalal-Abad étaient désarmées et qu'aucune des personnes se trouvant à l'intérieur de ces bâtiments n'avait été sérieusement blessée.

Dans le même temps, le chef du gouvernement kirghiz a fait remarquer que la situation risquait de s'exacerber à Och, la plus grande ville du sud de la république, où l'opposition menace de radicaliser ses actions.

D'après des dépêches de Ria Novosti datées du 18 et du 21 mars.