Impasse politique en République tchèque (2005)
2013-03-05

Les trois partis de la coalition au pouvoir à Prague depuis juillet 2002 ont irrémédiablement enterré, le 14 avril, l'entente intervenue la veille pour former un nouveau cabinet.


La réunion, qui devait permettre d'entériner la composition d'un nouveau gouvernement, n'a finalement servi qu'à constater les divergences de parts et d'autres. L'impasse politique est maintenant totale.

Dans un autre rebondissement, le comité exécutif du parti social-démocrate (CSSD), principal parti à la Chambre des députés, a rejeté un accord pourtant négocié par ses leaders.

À la suite de cette décision du CSSD, le vice-président des chrétiens-démocrates a souligné qu'une bonne chance avait été gâchée. Pour leur part, les deux derniers ministres de la petite formation libérale ont démissionné.

La crise gouvernementale, qui perdure depuis plusieurs semaines, a été provoquée par des déclarations des médias sur la provenance douteuse de la fortune du premier ministre Stanislav Gross.

Devant le refus de Gross de quitter ses fonctions, les chrétiens-démocrates ont quitté la coalition, laissant le premier ministre sans majorité à la chambre des députés.

Le président Vaclav Klaus a prévenu que des élections anticipées seraient rapidement déclenchées si le conflit ne se réglait pas.

Source : Radio Canada.