L'Allemagne renvoie ses réfugiés kosovars (2005)
2013-02-06

Le gouvernement allemand a commencé à renvoyer chez eux plusieurs milliers de réfugiés kosovars qui avaient fui la guerre en 1999, dont de nombreux Roms et Gitans. Ce programme de rapatriement a été établi en 2004, et devrait concerner 51500 Kosovars, dont 34500 Roms, qui bénéficaient du statut de réfugié politique. Les Nations Unies, qui administrent la province, ont accepté qu'environ 10.000 personnes soient rapatriées pour l'instant.

Les organisations des droits de l'homme et le parti Vert s'opposent à ces rapatriements forcés, estimant que la situation au Kosovo est encore trop fragile et que la sécurité des minorités ethniques ne peut pas être garantie. Les Roms ont été persécutés régulièrement par les Albanais, qui les accusent d'avoir collaboré avec les forces serbes durant le conflit.

Le représentant des Nations Unies, Kilian Kleinschmidt, en charge des programmes de retour, a pour sa part déclaré que les réfugiés ne courraient pas de « risques immédiat » et que le « niveau de violence avaient considérablement diminué » dans la province. « Il existe une discrimination, et la situation n'est pas confortable » a-t-il reconnu. « Il faut du courage pour que tous puissent vivre côte à côte ».

Daut Dauti, porte-parole du gouvernement intérimaire du Kosovo, a souligné que la région "était un endroit pauvre qui sortait à peine des destructions dûes à la guerre. (…)Les Roms et ceux qui reviennent n'ont nul part où aller, leurs maisons ont été détruites, ils n'ont pas de travail, il n'y a pas d'argent et pas d'aide sociale pour eux".

Environ 17.000 soldats de l'Otan assurent actuellement la sécurité de la province, dont le statut final doit être défini cette année. En mars 2004, des émeutes inter-ethniques avaient causé la mort de 19 Serbes et Roms.


Voir aussi :

- [URL : art1668]
- [URL : art1743]
- [URL : art1034]