Le Kazakhstan sera le principal fournisseur du pipeline Bakou-Tbilissi-Ceyhan (mai 2005)
2011-10-27

Le Kazakhstan est capable d'exporter jusqu'à 30 millions de tonnes de pétrole par an par l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan (BTC), alors que la capacité prévue du "tube" est de 50 millions de tonnes de brut par an.

"Nous estimons que le Kazakhstan peut canaliser jusqu'à 30 millions de tonnes de pétrole, et nous considérons que c'est l'un des objectifs majeurs de notre développement économique", a déclaré le Premier ministre du Kazakhstan, Danial Akhmetov, en intervenant le 26 mai dans la capitale du Kazakhstan, Astana, à l'issue de ses négociations avec le Premier ministre de la Turquie, Recep Erdogan, en visite officielle au Kazakhstan.

"Nous développons énergiquement notre structure maritime sur le littoral de la Caspienne afin de participer à la mise en oeuvre de ce projet", a indiqué Danial Akhmetov.

Comme l'a fait remarquer le Premier ministre du Kazakhstan, l'itinéraire Sud allant vers le terminal pétrolier turc de l'Est de la Méditerranée est examiné parmi d'autres itinéraires alternatifs appelés à diversifier la canalisation des flots d'hydrocarbures depuis le Kazakhstan. Et d'ajouter que cette année on achève la pose de l'oléoduc Kazakhstan-Chine Occidentale.

Le 25 mai, à Bakou, a été mise en exploitation la partie azerbaïdjanaise du pipeline BTC qui est considéré en Russie comme le principal concurrent de l'actuel itinéraire "Nord", itinéraire russe qui rejoint via le Daghestan et la Tchétchénie le terminal de Novorossiisk sur la mer Noire. La cérémonie de mise en service du tronçon azerbaïdjanais de l'oléoduc BTC réunissait le Président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev; le Président de la Géorgie, Mikhaïl Saakachvili; le Président de la Turquie, Ahmet Sezer ; le secrétaire à l'Energie des États-Unis, Samuel Bodman, et le représentant spécial du Président de la Russie pour les questions énergétiques internationales, Igor Youssopov.

Pour remplir cet oléoduc de quelque 1.773 kilomètres de long qui traverse le territoire de l'Azerbaïdjan (449 kilomètres), de la Géorgie (235 kilomètres) et de la Turquie (1.059 kilomètres) et aboutit au terminal de Ceyhan, il faudra 10 millions de barils de pétrole. Le brut viendra du gisement Azeri-Chirag-Gunashli dans le secteur azerbaïdjanais de la mer Caspienne.

Si tout se passe comme prévu, le premier pétrolier sera chargé à Ceyhan dans le quatrième trimestre de l'année en cours.

Pour remplir le pipeline de pétrole technique dans le volume de 10 millions de barils, il faudrait, selon des estimations préalables, quelque 400 millions de dollars, alors que le coût de tout le projet de construction de cet oléoduc, entamé en 2001, se monte à près de 4 milliards de dollars. La capacité prévue de ce tube de 1050 millimètres de diamètre est de 50 millions de tonnes de pétrole par an, soit un million de barils par jour.

Les actionnaires du consortium du BTC sont British Petroleum (30,1 %), la Compagnie pétrolière d'État de l'Azerbaïdjan (25 %); Unocal (8,9 %), Statoil (8,71 %), TPAO (6,53 %), Eni (5 %), Itochu (3,4 %), INPEX (2,5 %), ConocoPhillips (2,5 %), Total (5%) et Amerada Hess (2,36 %).

RIA-Novosti/26 mai 2005