Russie : vers un changement de la politique du Kremlin au Caucase du Nord ? (juin 2005)
2013-12-19

A la mi-juin, le quotidien Moskovski Komsomolets a publié des extraits d'un rapport sur la situation au Caucase du Nord, rédigé par le représentant du président russe dans le District fédéral Sud, Dmitri Kozak. L'attaché de presse de celui-ci, Fiodor Chtcherbakov, a confirmé qu'un rapport avait effectivement été préparé et communiqué au Kremlin voici plus d'un mois.

Rappelons que dès après la prise d'otages réalisée par des terroristes en septembre 2004 dans une école de Beslan (Ossétie du Nord), le président russe, Vladimir Poutine, avait déclaré que "la lutte contre la terreur réclame un renouvellement fondamental de notre politique dans cette région". Il avait souligné que "la faiblesse de la gestion publique constitue l'un des problèmes les plus complexes à résoudre".

Pour remédier à la situation, à la mi-septembre le président avait annoncé la mise en place d'une Commission fédérale pour le Caucase du Nord. Selon Vladimir Poutine, sa mission première est de "parvenir au plus vite à améliorer l'existence dans la région". La Commission est dirigée par le nouveau représentant du président dans le District fédéral Sud, Dmitri Kozak. Des groupes de travail chargés d'analyser la situation dans divers domaines (développement socio-économique de la région, justice, défense, et sécurité, migration, culture et éducation, rapports interethniques et interconfessionnels, lutte contre l'extrémisme religieux) ont été créés.

Ces groupes ont également élaboré des propositions visant à corriger la situation dans la région. "Ces propositions ne recèlent rien de radicalement nouveau. Il s'agit tout simplement d'une première tentative pour présenter un plan cohérent de développement de la région", a déclaré à RIA Novosti le directeur adjoint du centre d'études régionales systémiques et de prévisions de l'Université de Rostov-sur-le-Don, Igor Dobaev, qui a pris part à la préparation du rapport.

Voici des extraits du document publiés par le Moskovski komsomolets : "Des associations corporatives ont pris corps au sein des structures du pouvoir et monopolisé les ressources politiques et économiques. Dans toutes les républiques du Caucase du Nord les postes de direction dans les organes du pouvoir, dans les plus grandes entités économiques sont occupés par des gens unis les uns aux autres par des liens parentaux. Ce qui a enfreint le système des barrières et des contrepoids et favorisé l'extension de la corruption". Une autre citation : "L'arbitraire des autorités plonge la plus grande partie de la population dans l'apathie sociale. Dans de nombreuses entités de la Fédération le pouvoir ne dispose d'aucun appui notable".

L'attaché de presse de Dmitri Kozak n'a pas confirmé l'authenticité de ces citations, cependant les experts relèvent qu'elles traduisent bien la situation réelle prévalant dans la région. "Tout ce que le journal a écrit n'est pas une découverte pour les habitants du Caucase du nord, et si les extraits du rapport sont véridiques, cela atteste la compétence de Dmitri Kozak", a dit à RIA Novosti Akhmed Iarlykapov, un spécialiste du Caucase du nord. A son avis, pour changer en mieux la situation dans la région il est nécessaire d'y remplacer la totalité des élites. Cependant, le problème, c'est de savoir comment. Chose intéressante, pendant que le rapport de Dmitri Kozak était épluché au Kremlin, dans plusieurs entités territoriales du District Sud on a procédé dans les instances dirigeantes à des changements qui vont prédéterminer leur sort pour plusieurs années à venir.

Ainsi, le président de l'Ossétie du Nord, Alexandre Dzassokhov, est entré au Conseil de la Fédération (Sénat), remplacé à la tête de la république par le président du parlement, Taïmouraz Mamsourov. Le président de l'Ingouchie, Mourat Ziazikov, et le gouverneur de la région de Rostov-sur-le-Don, Vladimir Tchoub, ont été reconduits dans leurs fonctions. En outre, Dmitri Kozak a assuré l'opinion que le président du Conseil d'Etat du Daghestan, Magomedali Magomedov, dont des rumeurs annonçaient la démission, restera à son poste. Il est probable que le président de la Karatchaevo-Tcherkessie, Moustafa Batdyev, sera lui aussi reconduit bien que la république ne cesse d'être secouée par des scandales politiques.

"Tout cela semble logique. Moscou fait les premiers pas en matière de remplacement des élites locales dans le District fédéral Sud", dit Akhmed Iarlykapov en commentant ces décisions. Certes, il est difficile de parler de "remplacement" quand la plupart des responsables locaux ont conservé leurs postes. Quant à celui qui a remplacé Alexandre Dzassokhov, Taïmouraz Mamsourov, on ne saurait dire qu'il soit populaire en Ossétie du Nord.

Au fond, Moscou ne dispose pas de cadres de rechange dans cette région. D'autre part, compte tenu de l'insécurité et des rapports interethniques compliqués qui y règnent, il ne lui reste qu'une marge de manoeuvre très étroite. C'est à partir de cette constatation que les décisions sont prises. "Dans l'approche du Caucase du Nord il faut faire preuve de beaucoup de doigté", souligne l'expert. "Des actions trop brusques pourrait enfreindre l'équilibre dans le domaine de la sécurité, cet objectif prioritaire du Kremlin".

Toutefois, le statu quo ne saurait perdurer. Moscou en est conscient. Compte tenu de la spécificité locale, les décisions visant un changement de la situation dans la région ne peuvent émaner que du centre fédéral. Et elles devront être prises une fois que le rapport de Dmitri Kozak aura été étudié.

Marianna Belenkaïa, commentatrice politique de RIA Novosti/
Moscou, 22 juin.