L'Ouzbékistan annonce la fermeture d'une importante base militaire américaine
2011-11-07

Le gouvernement ouzbek a annoncé formellement que la base de Karshi-Khanabad, servant à mener des opérations militaires et humanitaires en Afghanistan, devait être évacuée dans les six mois à venir.

Des responsables américains avaient récemment demandé qu'une enquête soit menée sur la mort de plusieurs centaines de personnes au mois de mai (voir notre [article->art1837] ) à Andijan. Cette prise de position a considérablement refroidi les relations entre les deux pays. Des ONG estiment qu'environ 500 personnes ont alors été tuées par l'armée, alors que les autorités ouzbèques évoquent 187 morts, des « terroristes et extrémistes » selon elles.

La décision du gouvernement ouzbek intervient aussi après que le Kyrghizstan ait autorisé le transfert de 400 réfugiés ouzbeks vers la Roumanie, alors que l'Ouzbekistan demandait leur retour. Ces réfugiés expliquaient ne pas pouvoir rentrer dans leur pays sans courir de graves risques d'être arrêtés.
Il a été démontré à de nombreuses reprises que la torture est couramment pratiquée par les forces de l'ordre ouzbeks. (Voir à ce sujet le site internet de

Craig Murray, ancien ambassadeur britannique en Ouzbékistan

: [http://www.craigmurray.co.uk->http://www.craigmurray.co.uk] ). Le régime du président ouzbek Islam Karimov invoque régulièrement la « lutte contre le terrorisme islamique » pour justifier des sévères restrictions aux droits de l'Homme dans son pays.

Début juillet 2005, le « groupe de Shangaï », organisation régionale composée de la Russie, de la Chine, de l'Ouzbekistan, du Kazakhstan, du Kyrghizstan et du Tadjikistan, a demandé formellement que les Etats-Unis annoncent un calendrier de retrait de la région, arguant de la bonne marche de la lutte contre le terrorisme dans la région.

Mais lors d'une récente tournée en Asie Centrale, le Secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld, avait obtenu du Kyrghiztan et du Tadjikistan le renouvellement de l'autorisation des bases militaires US en place dans ces pays.