Résidence d'exil de la Ière République de Géorgie, à Leuville-sur-Orge
2011-06-22

Retour de propriété à l'Etat géorgien selon Tbilissi

Lors de sa visite à Leuville-sur-Orge, le 8 mars 2004, le président Saakachvili s'était engagé à prendre en charge le "testament moral" concernant l'avenir de cette résidence d'exil, hautement symbolique pour tous les Géorgiens du monde. Ce serait chose faite.

Après l'invasion de la Géorgie par la Russie soviétique en 1921, les dirigeants de la Ière République, tant de la majorité que de l'opposition parlementaire, s'étaient réfugiés dans une résidence d'exil à Leuville-sur-Orge, en Seine-et-Oise. Elle avait été acquise avec l'argent public géorgien et était devenue année après année le symbole de la résistance à l'occupation étrangère.

Après la mort des différents dirigeants politiques de l'époque, parties prenantes dans la Société Civile Immobilière propriétaire des lieux, leurs héritiers et leurs mandataires en avaient pris le contrôle. Différentes interrogations avaient été soulevées ces dernières années quant à son avenir; elles seraient levées par un communiqué du ministère géorgien des Affaires étrangères.

La décision de retour de propriété à l'Etat géorgien aurait été prise. Une première réunion de travail s'est tenue le 9 septembre dernier à Paris entre la ministre géorgienne des Affaires étrangères Mme Salomé Zourabichvili, la gérante de la S.C.I. Mme Christine Pagava Boulez et l'ambassadrice de Géorgie en France Mme Natia Djaparidzé.

Il est probable que les modalités juridiques du projet restent à établir.

Parmi les héritiers des différents dirigeants politiques de l'époque se trouvait Mme Martha Stouroua, décédée à Paris et inhumée à Leuville-sur-Orge en octobre 2005. Elle était la fille du ministre des Affaires étrangères du 2éme gouvernement de la Ière République, Evguéni Guéguétchkori (1881-1954) qui avait représenté la Géorgie de 1907 à 1912 à la Douma accordée par le tsar Nicolas II et qui avait été nommé en novembre 1917 Haut Commissaire à la Transcaucasie (Arménie, Azerbaïdjan et Géorgie) par le gouvernement provisoire de Petrograd.

Ansi se trouverait réalisé le "testament moral" laissé par les dirigeants politiques de la Ière République de Géorgie, qui reposent pour une grande part dans le "carré géorgien" du cimetière de Leuville-sur-Orge.




Voir aussi

:

- [URL : 1816]

- [URL : 1756]