Géorgie : différend commercial avec l'Ukraine sur la livraison de véhicules blindés (novembre 2005)
2013-12-08

Véhicules de transport de troupes concernés

L'Ukraine livre à la Géorgie fin 2004 quarante véhicules blindés de transport de troupes. Pour les uns ils sont inutilisables, pour les autres ils sont mal utilisés. Trois officiels géorgiens de la mission d'achat (350 000 dollars) sont arrêtés. Le jeune ministre géorgien de la défense, Irakli Okrouachvili, justifie sa réputation.

Le film des évènements se résume ainsi :

- octobre 2004 : une mission du ministère géorgien de la défense achète en Ukraine 10 véhicules blindés BTR-80 (ateliers Nikolaev) et 40 véhicules blindés de transport de troupes BMP-2 (ateliers de Zhitomir).

- 18.07.05 : les manoeuvres militaires géorgiennes "Armored 2005", mettant en jeu 170 blindés, sont clôturées à Akhaltsikhé par le ministre de la défense. 38 des 40 BMP-2 sont réputés impropres au combat.

- 22.09.05 : trois membres de la mission d'achat du ministère géorgien de la défense sont arrêtés. Ils avaient été suspendus en mars 2005 par Irakli Okrouachvili lors de sa nomination au poste de ministre.

- 23.09.05 : ils sont condamnés à trois mois de prison préventive pour achat de matériels hors d'usage, malgré leurs dénégations.

- 26.09.05 : un expert spécialisé, Irakli Aladachvili, fait publiquement état de l'hypothèse de mauvaise utilisation par l'armée géorgienne des véhicules et de détérioration définitive.

- 12.11.05 : le différend est porté à l'arbitrage des premiers ministres ukrainien et géorgien, Iouri Iekhanourov et Zourab Noghaïdéli, à Kiev. Irakli Okrouachvili accompagne son premier ministre.

Quelle qu'en soit l'issue, financière ou judiciaire, ou les deux, la difficulté rencontrée par les administrations géorgiennes à se professionnaliser est réelle. Le ministère de la défense n'a pourtant pas manqué jusqu'à présent de budget et de rallonges budgétaires. Trois ministres se sont succédés à sa tête depuis la Révolution des Roses. Irakli Okrouachvili jouit d'une réputation solide ; suffira-t-elle à faire progresser une armée géorgienne qui postule à entrer dans l'OTAN ?