La Géorgie se retire militairement de la CEI dans un contexte de tension avec la Russie et de rapprochement avec l'Occident (février 2006)
2013-12-08

Marathon diplomatique géorgien

Contraint par l'implication de la Fédération de Russie en Abkhazie, Edouard Chevardnadzé s'était résigné à adhérer à la Communauté des États Indépendants en 1993, organisation qui se voulait, d'une certaine manière, "héritière" de l'URSS. Mikhaïl Saakachvili a fait démentir, à plusieurs reprises, que la Géorgie se retirerait de la CEI : elle se retire seulement du Conseil des ministres de la Défense de cette organisation.

Le président Mikhaïl Saakachvili a rendu public, le 25 janvier 2006, un décret précisant le retrait de la Géorgie du Conseil des ministres de la Défense de la Communauté des États Indépendants.

Cette organisation réunit :
- depuis 1991, l'Azerbaïdjan, l'Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, la Moldavie, l'Ouzbékistan, la Fédération de Russie, le Tadjikistan, le Turkménistan et l'Ukraine,
- depuis 1993, la Géorgie.

La Lettonie, la Lituanie et l'Estonie, elles aussi ex-républiques de l'URSS ne s'y sont jamais associées et font partie aujourd'hui de l'Union Européenne.

Cette décision intervient dans un contexte de tension particulière entre la Géorgie et la Fédération de Russie :
- Le 22 janvier, le gaz russe est coupé totalement à la Géorgie durant une semaine, l'électricité russe partiellement, à la suite de différents sabotages.
- Le 31 janvier, à Tkiavi, un incident de circulation entre un véhicule militaire de la "force de paix russe" en Ossétie du Sud et un civil géorgien tourne à l'affrontement entre plusieurs centaines de soldats russes et de soldats géorgiens,
- Le 31 janvier au Kremlin, le président russe Vladimir Poutine déclare à la presse qu'une solution à la "Kosovo" serait applicable à l'Ossétie du Sud et à l'Abkhazie, déclarations interprétées en Géorgie comme un revirement sur le respect russe de l'intégrité territoriale géorgienne,
- Le 3 février dans le district de Kareli, un lance-missil sol - air armé, de fabrication russe (IGLA), est découvert dans un couloir aérien emprunté habituellement par l'hélicoptère du président géorgien.

Mikhaïl Saakachvili entreprend le 1er février une visite de cinq jours en Allemagne afin de rencontrer :
- le 1er février l'ensemble des ambassadeurs de Géorgie dans les pays européens,
- le 3 février le Secrétaire d'Etat à la Défense Donald Rumsfeld,
- le 4 février la chancelière allemande Angela Merkel, le Secrétaire Général de l'OTAN Jaap de Hoop Scheffer, le président de l'Assemblée Parlementaire de l'OTAN Pierre Lellouche, le ministre polonais de la Défense Radoslav Sikorski, les sénateurs américains Libermann et MacCain,
- et participer à une conférence internationale sur la sécurité à Munich.

Il est accompagné du ministre de la Défense Irakli Okrouachvili et du ministre des Affaires étrangères, Guéla Béjouachvili, ancien ministre de la Défense.

L'un des messages délivrés avec insistance à la presse concerne "la coopération militaire américo-géorgienne étroite en attendant l'adhésion à l'OTAN".




Voir aussi
- [URL : 404], 29 avril 2003,
- [URL : 1137], 27 avril 2004,
- [URL : 1196], 22 mai 2004,
- [URL : 1208], 26 mai 2004.