Arménie - Azerbaïdjan : les deux présidents se rencontrent à Paris à propos du Haut-Karabagh (février 2006)
2012-04-21

La prochaine rencontre des présidents de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan aura lieu le 10 février à Paris, a annoncé mardi l'attaché de presse du chef de l'Etat arménien, Viktor Sogomonian.

"Il est envisagé que la prochaine rencontre des présidents de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan, Robert Kotcharian et Ilham Aliev, se tienne le 10 février à Paris sur l'invitation du président français Jacques Chirac", a-t-il dit lors d'un point de presse.

Les chefs d'Etat se pencheront sur le document de travail établi par les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE pour le règlement du conflit du Haut - Karabakh. M. Sogomonian s'est refusé à préciser le contenu de ce document.

Parlant de l'optimisme des médiateurs quant au règlement du conflit, il a dit que "cet optimisme est dû au fait qu'en 2006 il n'y aura pas d'élection législative ou présidentielle en Arménie et en Azerbaïdjan".

Le ministre arménien des Affaires étrangères, Vardan Oskanian, avait dit précédemment que l'évolution du processus de négociations sur le règlement du conflit du Haut - Karabakh permettait de parler de tendances positives.

"Les rencontres des présidents arménien et azerbaïdjanais et le "processus de Prague" qui les préparent ont permis de constater un certain progrès", avait dit Vardan Oskanian.

Le ministre ne partage cependant pas les innombrables prévisions optimistes sur une percée dans le règlement du conflit en 2006.

"Malgré la dynamique positive actuelle, compte-tenu des divergences profondes entre les positions des deux parties et vu la fragilité de la base des ententes intervenues, j'aime mieux rester prudent ou modérément optimiste en ce qui concerne les possibilités qui s'offrent cette année. Trop de choses dépendent de la prochaine rencontre des présidents de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan qui doit esquisser le contour des futures négociations", avait dit Vardan Oksanian.

La dernière rencontre Kotcharian - Aliev a eu lieu le 27 août 2005 dans le cadre du sommet de la CEI de Kazan.

RIA Novosti / Erevan / 24 janvier 2006 - Gamlet Matevossian.

Azerbaïdjan - Arménie : le groupe de Minsk (OSCE) prépare le prochain sommet de Paris



Les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE ont évoqué la préparation de la prochaine rencontre des présidents arménien et azerbaïdjanais prévue à Paris pendant leur visite à Bakou, a annoncé jeudi le vice-ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères Ataz Azomov.

On peut considérer cette visite comme une étape de préparation à la visite des présidents azerbaïdjanais et arméniens à Paris a-t-il indiqué.

Les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE Iouri Merzliakov (Russie), Steven Mann (Etats-Unis) et Bernard Fassier (France) se sont entretenus avec le président azerbaïdjanais Ilham Aliev et le chef de la diplomatie azerbaïdjanaise Elmar Mamediarov.

Les entretiens de Bakou ont porté sur les questions relatives à la rencontre de Paris et les moyens de règler les problèmes abordés dans les négociations. La partie azerbaïdjanaise a de nouveau exposé sa position concernant le Haut-Karabakh avant de noter que cette position ne devait pas changer pendant le prochain sommet arméno-azerbaïdjanais, selon M. Azimov.

Le diplomate a démenti les informations selon lesquelles les parties avaient déjà réglé le conflit et qu'elles étaient prêtes à signer un accord approprié. Ces rumeurs sont infondées, a-t-il noté.

Le conflit et les négociations sur son règlement sont très complexes et les divergences entre les parties ont atteint un certain niveau. Il faudra déployer des efforts pour les éliminer.

Il est impossible d'adopter une approche équilibrée selon laquelle les parties ont la même responsabilité, parce que la région du Haut-Karabakh fait partie de l'Azerbaïdjan, ce qui est reconnu par le droit international a estimé M. Azimov.

La variante azerbaïdjanaise consiste à réintégrer le Haut-Karabakh dans l'Azerbaïdjan compte tenu de l'expérience moderne de l'intégration régionale, de la coopération à l'échelle européenne.

Ce processus pourrait permettre de règler le conflit dans un cadre légal, de l'avis du vice-ministre.

L'Azerbaïdjan estime qu'il faut libérer les territoires occupés, encourager le retour des réfugiés azerbaïdjanais dans leurs foyers et garantir une coexistence pacifique des Arméniens et des Azerbaïdjanais dans le région du Haut-Karabakh.

Le règlement du conflit est un processus très complexe et je ne voudrais pas susciter d'espoirs infondés, a conclu M. Azimov.

RIA Novosti / Bakou / 2 février 2006 - Guéraï Dadachev.