Disparition du journaliste Dmitri Zavadski (2003)
2013-12-12

Disparition du journaliste Dmitri Zavadski : de nouvelles révélations mettent en cause le pouvoir



Deux membres du Parquet biélorusse, Dmitri Petrouchkevic, en charge notamment de l'affaire Zavadski, et Oleg Sloutchev,
ont accusé, dans un communiqué diffusé le 11 juin 2001, le procureur général Viktor Cheïman, et le chef adjoint de
l'administration présidentielle Iouri Sivakov, d'avoir créé un "escadron de la mort" en 1996, alors qu'ils étaient respectivement
secrétaire du Conseil de sécurité et ministre de l'Intérieur.

Ce groupe aurait été chargé, dans un premier temps, d'éliminer des
chefs du milieu criminel, avant de recevoir des missions plus "politiques". Les deux responsables du Parquet affirment que
l'implication du groupe dans la disparition du journaliste Dmitri Zavadski serait établie par l'analyse génétique d'une tache de
sang retrouvée dans le coffre du véhicule de l'un des membres présumés du groupe. Un porte-parole du Parquet biélorusse a
qualifié ces accusations d'"absurdes".

Le cameraman Dmitri Zavadski a disparu, le 7 juillet 2000, à l'aéroport de Minsk alors qu'il devait accueillir à sa descente
d'avion l'un des directeurs de la chaîne russe ORT, Pavel Cheremet. Son véhicule a été retrouvé sur le parking de l'aéroport.

En 1996, Dmitri Zavadski avait quitté la télévision d'Etat pour travailler pour ORT, contre la volonté des autorités biélorusses.
Ancien cameraman personnel du Président, le journaliste avait été emprisonné pendant deux mois avec un collègue de l'ORT,
en 1997, à la suite d'un reportage sur les défaillances des dispositifs de sécurité biélorusses le long de la frontière avec la
Lituanie. Certains des collègues du journaliste accusent, depuis le début de cette affaire, les services secrets biélorusses d'être
à l'origine de sa disparition.

Le 11 mai 2001, les autorités biélorusses ont annoncé avoir arrêté plusieurs membres d'un gang
soupçonné d'avoir kidnappé Dmitri Zavadski pour le compte du mouvement d'extrême droite russe UNR (Unité Nationale
Russe). Les deux responsables du Parquet à l'origine des révélations sur la possible existence d'un "escadron de la mort" ont
estimé que les résultats officiels de l'enquête sur la disparition du journaliste ont été "transformés en farce" par les autorités.


(Source : Reporters sans frontière)