La Lituanie et l'Euro
2006-03-19

La Lituanie (ainsi d'ailleurs que l'Estonie) fait actuellement le forcing pour que l'évaluation de ses capacités à adhérer à la zone Euro en 2007 soit avancée en Mai, comme pour la Slovénie et, bien sûr, lui soit favorable. Le Premier Ministre lituanien, Algirdas Brazauskas était récemment à Francfort, où il a rencontré le Président de la Banque Centrale Européenne.

Pour pouvoir intégrer la zone Euro (ce qui est au demeurant, à terme, obligatoire), un pays doit satisfaire à 5 critères macro-économiques. La Lituanie respecte 4 des 5 critères, mais présente actuellement une inflation légèrement excessive (de l'ordre de 0,2 a 0,3 %). Selon les experts, cela serait dû à sa forte croissance, donc paradoxalement à sa bonne santé économique.

Même si le Commissaire européen aux Affaires Economiques, Joaquin Almunia, « bétonne », la Commission est embarrassée, tiraillée entre le respect strict des critères d'adhésion et sa volonté d'accueillir des pays à l'économie très dynamique. Un laboratoire économique, basé à Bruxelles, estime que c'est la convergence réelle des économies qui doit être prise en compte et non le respect formel des critères de Maastricht.

On rappellera que certains pays, une fois rejointe la zone Euro, se sont dépêchés d'abandonner les critères ! C'est le cas de 5 d'entre eux qui ont à la fois un déficit excessif et une dette publique excessive : Allemagne, France, Italie, Grèce et Portugal. Et comme la décision finale revient aux Etats membres de l'UE, on voit difficilement les États ci-dessus, qui violent largement les règles, empêcher l'intégration des deux États Baltes qui ne font que les écorner. Mais allez savoir…..

En attendant, la Lituanie se prépare. Dans les grandes surfaces, le double affichage des prix se fait déjà. Et on nous montrait hier à la télévision une formation pour distinguer les faux des vrais Euros.

Si elle rejoignait la zone Euro au 1er Janvier 2007, ce serait une belle revanche pour la Lituanie. Jusqu'en 2000, elle n'était pas jugée digne d'intégrer l'UE. Depuis, elle se dispute avec la Lettonie la 1ere place annuelle de plus forte augmentation du P.I.B.. Etre le premier des nouveaux Etats membres à rejoindre la zone Euro serait un sacré pied de nez aux technocrates de Bruxelles qui ont le regard rivé sur la ligne bleue de leurs chiffres...

Gilles Dutertre.