Géorgie : Guéla Béjouachvili, ancien ministre et responsable des services secrets
2013-11-08

Texte actualisé le 30 janvier 2008

Formé aux techniques des Affaires étrangères sous l'ère Chévardnadzé, appartenant à l'ancienne tendance Saakachvili, parfois "doublonné" par le ministre d'Etat chargé de l'intégration euro-atlantique Guiorgui Baramidzé (ancienne tendance Jvania) et parfois par la présidente du Parlement Nino Bourdjanadzé (ancienne tendance Bourdjanadzé, toujours volontaire et active dans les assemblées parlementaires de l'OSCE, du Conseil de l'Europe, voire de l'OTAN et de l'Union Européenne), Guéla Béjouachvili (Gela Bezhuashvili en anglais) n'a peut-être pas le poids populaire qu'il souhaiterait et l'équipe qui pourrait l'entourer. Sa pérennité repose essentiellement sur le bon vouloir présidentiel, même si depuis 15 mois il cherche à s'affirmer sur la scène internationale (Washington, Kiev, Moscou, Bruxelles, Berlin et Paris en particulier).

Guéla Béjouachvili est né à Manglisi, le 1er mars 1967. En 1991, il est diplômé de l'Institut Ukrainien de Droit et de Relations Internationales, à l'Université de Kiev.

De 1991 à 1993, il occupe différents postes au ministère des Affaires étrangères, dans le domaine du droit international.

De 1993 à 1996, il est représentant plénipotentiaire au Kazakhstan.

En 1997, il obtient un Master de droit, à la Southern Methodist University, à Dallas, aux Etats-Unis.

De 1997 à 2000, il dirige le département de droit international au ministère des Affaires étrangères :
- travaux d'adhésion de la Géorgie au Conseil de l'Europe (1997 à 1999) et conférences Black Sea Economic Cooperation (Istanbul, Salonique et Chisinau),
- travaux au Conseil de l'Europe (1998 à 2000), droit international public (CAHDI), lutte contre la corruption (GMC), protection des minorités nationales (DH-MIN), droit constitutionnel (Comité de Venise).

De 2000 à 2004, Guéla Béjouachvili occupe le poste d'adjoint au ministre de la Défense ; il rejoint en 2003 la JFK School of Government, à l'université d'Harvard, pour suivre un Master d'administration publique. En février 2004, il est nommé ministre de la Défense, premier civil à ces responsabilités. En juin 2004, il est nommé secrétaire du Conseil National de Sécurité.

Le 20 octobre 2005, il est nommé ministre des Affaires étrangères, après la destitution de Salomé Zourabichvili. A ce titre, il multiplie les déplacements à l'étranger, en particulier en France où il rencontre M. Philippe Douste-Blazy le 30 mai et le 7 novembre 2006.

Guéla Béjouachvili a dirigé les travaux de groupe d'experts en droit en préparation à différentes lois géorgiennes, en 1997 sur les traités internationaux, en 1999 sur les services diplomatiques, en 2004 sur le Conseil National de Sécurité. Il a publié un certain nombre d'articles et de livres dans ces domaines, dont "Les aspects légaux internationaux de la politique étrangère géorgienne". Il a été nommé "homme de l'année" par l'American Biographical Institute en 2004 et a été décoré du "Mérite" ukrainien en 2006.

Guéla Béjouachvili est marié et a deux fils. Il parle géorgien, anglais, russe et espagnol.

*

Le 24 janvier 2008, le Premier ministre, Lado Gourguénidzé, annonce le départ du gouvernement de Guéla Béjouachvili. Des informations relatives à une nomination refusée au Conseil National de Sécurité circulent à Tbilissi. En définitive il sera nommé à la tête des Services Secrets géorgiens, en remplacement d'Ana Jvania, répondant directement au Président de la République.

*

Sources multiples :

- biographie officielle,

- médias géorgiens dont Civil Georgia.


Voir aussi

[URL : 2105].