Moldavie : généralités sur la politique étrangère (janvier 2013)
2013-11-12

- Intégration européenne - Liens privilégiés avec la Roumanie - Bon voisinage avec l'Ukraine - Complexité des relations avec la Russie - Autres relations internationales.

Intégration européenne



La priorité de la politique extérieure de la Moldavie est l'intégration européenne. Considérée comme le meilleur élève du Partenariat oriental de l'UE, elle bénéficie d'un soutien budgétaire important en appui aux réformes structurelles (1).

Liens privilégiés avec la Roumanie



Avec la Roumanie, la proximité géographique, historique, linguistique et culturelle explique des relations privilégiées entre les deux pays : entre les deux guerres, la Moldavie a été rattachée à la Roumanie contemporaine, avant son annexion par Staline. Bien que l'objet de polémiques, cette proximité est une composante fondamentale de l'identité moldave.

De plus, de nombreux liens familiaux entre Roumains et Moldaves contribuent aux relations très étroites qu'entretiennent les deux pays. Premier pays à avoir reconnu la Moldavie indépendante, la Roumanie est actuellement son 2e client et son 3e fournisseur commercial. Elle est amenée à jouer un rôle vers une plus grande indépendance énergétique de la Moldavie. Premier partenaire éducatif de la Moldavie, la Roumanie accueille environ 10 000 étudiants moldaves.

Ces relations privilégiées ont pu entretenir un malentendu, notamment avec la région de Transnistrie, sur les velléités supposées de la Moldavie d'intégrer la Roumanie au moment de l'indépendance. En réalité, ce souhait ne concerne actuellement qu'une petite minorité de la population. L'ambigüité a pu être entretenue, notamment, par le fait que plus de 100 000 Moldaves auraient bénéficié d'un passeport roumain depuis 1991. Les relations politiques bilatérales se sont renforcées avec l'arrivée au pouvoir de l'AIE. La Roumanie est devenue le principal promoteur de la Moldavie auprès de l'UE, en soutenant une future adhésion à l'UE.

Bon voisinage avec l'Ukraine



Avec le voisin ukrainien, la Moldavie entretient également de bonnes relations. La Moldavie compte 8,4% d'Ukrainiens, Transnistrie comprise (où vit une majorité de russophones et d'ukrainophones - ces derniers représenteraient 30% de la population). À l'inverse, il y aurait 260 000 Moldaves en Ukraine, conséquence d'échanges territoriaux datant de la Seconde guerre mondiale et de la fin de la période soviétique.

Malgré le traité frontalier moldavo-ukrainien du 23 octobre 1992 affirmant l'intangibilité des frontières, des problèmes frontaliers subsistent, mais sont peu à peu réglés. Ces avancées s'accompagnent d'améliorations sur le terrain grâce à l'engagement de la mission européenne EUBAM (European Union's Border Assistance Mission), dont le mandat a été renouvelé pour quatre ans en 2011.

Kiev est un partenaire de premier plan pour Chisinau. Les deux pays appartiennent au GUAM, organisation de coopération régionale. Ils ont notamment signé en novembre 2012 un traité bilatéral de coopération sur la protection et le développement durable du Dniestr. Sur le plan politique, les deux pays partagent une volonté commune de se rapprocher de l'Union européenne et font tous deux partie du Partenariat oriental.

Par ailleurs, l'Ukraine est médiateur dans le cadre des négociations au format 5+2, sous l'égide de l'OSCE, sur la résolution du conflit transnistrien. Sur le plan économique, l'Ukraine est le deuxième fournisseur de la Moldavie, derrière la Russie : en 2010, 13,7% des importations moldaves venaient d'Ukraine. L'Ukraine, destinataire de 5,8% des exportations moldaves en 2010, occupe la 4e position comme client de la Moldavie. L'Ukraine assure également environ un tiers des besoins en électricité de la Moldavie. Cependant, l'absence de liaison aérienne et le mauvais état des routes ralentissent les échanges entre les deux pays.

Complexité des relations avec la Russie



Les relations entre la Moldavie et la Russie sont complexes, en raison du poids historique, culturel et économique de la Russie et de l'influence qu'elle tente de conserver en Moldavie, notamment au travers du conflit transnistrien. Elle maintient ainsi dans la région séparatiste des troupes, notamment au titre d'une force de « maintien de la paix ».

Sur le plan économique, la Russie est redevenue en 2010, le premier partenaire commercial de la Moldavie (après l'UE), devant la Roumanie et l'Ukraine. Les importations de vin moldave vers la Russie pèsent de manière importante dans la balance commerciale et la Russie en use parfois comme d'un moyen de pression. La Russie contrôle l'opérateur national Moldovagaz, détenu par Gazprom à hauteur de 50% directement et de fait à 63,4% (Gazprom gère les actifs transnistriens). La dette gazière se monte à 4,1 milliards de dollars, dont 3,5 Mds du fait de la Transnistrie. En outre, la Russie subventionne fortement la Transnistrie, permettant à ses autorités de facto de rester en place.

Sur le plan politique, les relations entre les deux pays se sont normalisées dans les dernières années, même après l'arrivée au pouvoir en 2009 d'une majorité pro-occidentale à Chisinau. La Moldavie peine cependant à maintenir une relation apaisée avec la Russie. Les autorités moldaves ont tenté, sans succès, de renégocier les accords gaziers arrivés à échéance avec la Russie. Cette dernière a lié toute baisse substantielle du prix du gaz nécessaire à la Moldavie, à sa sortie de la Communauté européenne de l'énergie (adhésion en 2010). Le contrat d'approvisionnement en gaz échu en 2011 a été prolongé à nouveau jusqu'à fin 2013 en attendant un accord énergétique plus global.

Autres relations internationales



D'autres pays entretiennent également d'étroites relations avec la Moldavie et lui fournissent une aide importante à titre bilatéral : Allemagne, Pologne, Suède, États-Unis, etc.

Note



-

[URL : 4858]

.