L'éducation au développement et à la solidarité internationale, EAD SI (2007)
2012-12-11

Exposé de Laurence Rigollet, chef de projet, plateforme Educasol, lors de la rencontre sur le thème : {{« Education au développement et solidarités au sein de l'Union européenne »}}, qui s'est tenue à Tours, mercredi 18 octobre 2006 à l'initiative de « Centraider » dans le cadre de la Commission « Europe de l'Est ». Cf. [->2305]

A. Les définitions



En France



Les Associations de Solidarité Internationale, en se retrouvant au sein d'une plate-forme nationale EDUCASOL ( cf. [URL : 2311]) , se sont mises d'accord sur une définition de l'éducation au développement et à la solidarité internationale :

« L'EAD SI vise à changer les mentalités et les comportements de chacun afin de construire collectivement un monde juste, solidaire et durable. Elle informe sur les causes de la pauvreté et du mal-développement, elle éveille l'esprit critique des citoyens et présente des alternatives et des propositions d'engagement accessible à tous. L'EAD SI est une démarche transversale et multiforme par la variété des thèmes et des publics qu'elle touche ».

En d'autres mots : les Centres RITIMO, membres d'EDUCASOL disent :

« Concrètement, l'éducation au développement fait connaître les grands déséquilibres entre les différentes régions du monde, pour que l'on soit bien conscient qu'aujourd'hui le Nord et le Sud sont dépendants l'un de l'autre (même si les mécanismes de la mondialisation sont si compliqués qu'il est difficile de s'en rendre compte). Au final, l'éducation au développement est là pour faire réfléchir à des façons d'agir qui soient réalistes dans la société d'aujourd'hui, pour construire un monde plus solidaire ».

Pour le Ministère des Affaires Etrangères (MAE), sans que cela soit vraiment une définition :

« Le MAE soutient prioritairement les actions d'information qui contribuent à la compréhension des rapports Nord-Sud et des enjeux de la mondialisation, et les campagnes de sensibilisation à l'exigence de solidarité, de coopération et d'aide au développement. Les interventions coordonnées et concertées, présentées par des collectifs ou regroupements d'associations sont privilégiées. »


En Europe

L'Union Européenne



« Considérant l'interdépendance globale de notre société, la sensibilisation par l'éducation au développement et l'information, contribue à renforcer le sentiment de solidarité internationale, ainsi qu'à établir un environnement favorable à l'établissement d'une société interculturelle en Europe. Elle contribue aussi à modifier le mode de vie en faveur d'un modèle de développement durable pour tous. Enfin, elle permet d'augmenter le soutien des citoyens à des efforts supplémentaires du financement public de la coopération au développement. »
(Résolution du conseil des ministres de l'Union européenne 2001).

DEEEP



« L'éducation au développement est un processus d'apprentissage actif qui repose sur des valeurs de solidarité, d'égalité, d'inclusion et de coopération. Elle permet de dépasser le stade initial de la prise de conscience des priorités internationales en matière de développement et de développement humain puisqu'elle ouvre la voie à la compréhension des causes et impacts des enjeux internationaux et appelle à l'engagement personnel et à l'action concertée.
L'éducation au développement encourage la pleine participation de tous les citoyens à l'éradication de la pauvreté mondiale et la lutte contre l'exclusion. Elle promeut des politiques nationales et internationales plus justes et durables que ce soit aux niveaux économique, social, environnemental ou en matière de droits de l'Homme. »

Cette définition a été approuvée par le Forum ED au cours de la rencontre annuelle de 2004 et approuvée par CONCORD lors de l'Assemblé Générale de novembre 2004.

B. L'EAD SI en France



Le paysage s'est modifié dans les années 90 avec la structuration des associations de solidarité internationale. Un des résultats est la création de la plate-forme française d'éducation au développement, en 2004, fortement encouragée par le Ministère des Affaires étrangères, qui ne voulait plus qu'un interlocuteur dans ce domaine.

Cela a aussi permis une structuration des différents axes de travail des associations de solidarité internationale :
- Le lobbying en EAD SI (quelle stratégie, que met on en valeur ? vers qui ?)
- La synergie entre les campagnes d'éducation au développement et à la solidarité internationale (comment faire pour qu'elles travaillent en concertation, qu'elles se connaissent mieux ?)
- La formation en éducation au développement (davantage de formations méthodologiques et non de contenus)
- La mutualisation et la capitalisation des actions et des expériences d'EAD SI.

Depuis 2005, on sent en France une accélération de l'éducation au développement, issue également de ce qui se déroule au niveau européen. Un séminaire et un rapport ont été réalisés en collaboration avec le HCCI sur « La sensibilisation de l'opinion publique aux enjeux de la coopération internationale et du développement ». Ce séminaire a été important pour la prise de conscience des pouvoirs publics.

Les stratégies d'EDUCASOL en matière de lobbying :
- Les pouvoirs publics français sont, de manière concertée, davantage engagés dans l'EAD SI
- L'EAD SI est soutenue notamment par une hausse des financements attribués aux ONG
- La politique de communication liée à l'EAD est soutenue
- L'échange d'expériences est reconnu et soutenu
- Une coordination interministérielle est mise en place
- Les lignes budgétaires sont revues à la hausse
- L'EAD est inscrite dans les missions de l'enseignement général et abordée dans les programmes de façon transversale
- L'EAD SI est incluse dans les modules de formation des IUFM

Tout ceci s'adresse à l'ensemble des ministères concernés par l'EAD SI.


Résultats en France



- Un plan d'action interministériel mis en place,
- Un renforcement de la Semaine de la solidarité internationale,
- Un bulletin officiel des instructions pédagogiques de juin 2006 qui prend vraiment en considération l'éducation au développement et à la solidarité internationale, en concertation avec d'autres ministères et qui cite les associations avec lesquelles on peut entrer en contact,
- Une lettre évènement,
- Une note pour le Haut Conseil de l'Education,
- Le MAE fait lui-même un événement autour de la SSI,
- Un sondage de l'AFD.

On est en train d'assister à une vraie reconnaissance de l'importance de l'éducation au développement et à la solidarité internationale.

Montant de l'enveloppe EAD SI en France : 2 millions d'euros.


C. L'EAD SI en Europe



Les Européens sont très en avance par rapport à la France sur la question de l'éducation au développement et à la solidarité internationale.

En 2001, la résolution du Conseil des ministres de l'Union européenne sur l'EAD SI a été adoptée. La Confédération européenne des ONG d'urgence et de développement (CONCORD), qui fait l'interface entre les ONG et la Commission Européenne, a mis en place un groupe de travail permanent qui s'appelle le Forum éducation au développement. Ce groupe de travail réunit l'ensemble des plates-formes nationales européennes sur l'éducation au développement et représente une source de proposition importante vis-à-vis de CONCORD.

Les chantiers actuels :
- Un code de bonne pratique sur les images et les messages véhiculés sur le Sud,
- L'intégration de l'EAD SI dans les programmes scolaires,
- Stratégie sur l'EAD à proposer à Concord pour en faire référence à la commission européenne.

Les 9 recommandations de la conférence d'Helsinki
- Mise en place d'un cadre stratégique de dimension européenne sur l'éducation au développement et à la solidarité internationale.
- Priorité est donnée à la qualité dans le partenariat, les échanges d'expérience notamment entre nouveaux membres de l'Union européenne, ceux qui sont candidats pour y entrer et les membres « historiques ».
- Mise en valeur d'une coordination entre différents partenaires institutionnels et réseaux qui agissent dans le domaine de l'éducation au développement et à la solidarité internationale.
- Réalisation d'une véritable concertation et cohérence entre les pouvoirs publics européens pour qu'émerge une stratégie commune sur l'éducation au développement.
- Mise en place d'un code de bonne conduite concernant les images et les messages sur le Sud.
- Intégration de l'éducation au développement dans les systèmes éducatifs, les programmes scolaires et les formations initiales des maîtres.
- Augmentation de la qualité et de l'impact en matière d'éducation au développement, mise en place de mécanismes appropriés pour évaluer.
- Augmentation de l'aide publique au développement passant par les ONG et des financements dédiés à l'éducation au développement.
- Dans le cadre de la réforme des instruments financiers de la Commission Européenne, cette dernière devrait davantage soutenir l'éducation au développement.

La question des financements n'est pas encore très claire. Faut-il une ligne spécifique pour l'EAD SI ou l'EAD SI doit-elle être présente sur toutes les lignes de façon transversale ?


D. L'engagement en éducation au développement et à la solidarité internationale



Il y a différentes approches de l'éducation au développement et à la solidarité internationale :

Elle est définie par ses objectifs :
- C'est un acte politique parce qu'elle cherche à transformer les relations Nord-Sud-Est ;
- C'est un acte pédagogique parce qu'elle vise à transmettre des connaissances et à évaluer le degré d'appropriation par les publics.

Elle est définie par ses acteurs :
- Ses acteurs sont surtout des associations de solidarité internationale et des ONG, mais de plus en plus des collectivités territoriales.

Elle est définie par les publics auxquels elle s'adresse :
- Les publics auxquels elle s'adresse sont variés et pas toujours « captifs » : public scolaire, jeunes, syndicats, monde agricole, femmes, migrants, ainsi que le « grand public ».

Elle se définit par des dispositifs :
- Des animations, qui supposent des contacts ponctuels avec le public,
- Des formations, qui supposent des contacts encadrés et suivis avec le public ;
- Des campagnes ;
- Le lobbying, qui sensibilise les décideurs politiques, éco ou sociaux.

Exemple dans le cadre de la Semaine de la solidarité internationale



La coordination Educasol vient de recevoir la nouvelle plaquette : Le monde bouge et vous ? Et la première page ouvre justement sur les formes d'engagement avec quelques pistes concrètes : participer à une campagne citoyenne, partager ses compétences et son temps comme bénévole ou militant dans une association, un syndicat, un mouvement citoyen, épargner solidaire, consommer responsable… Il y a mille façons de s'engager et il faut choisir une thématique qui intéresse tout particulièrement ou pour laquelle on a des compétences particulières…