Les Lettons de Lituanie : des cousins germains
2007-02-18

Les Lettons, proches parents des Lituaniens, constituent cependant une minorité dans ce pays.

Cette petite communauté de quelque 4000 âmes a deux origines distinctes : d'une part des originaires de Lettonie ayant étés déportés du temps de l'URSS et revenus s'installer le plus près possible de leur patrie d'origine (celle-ci leur étant interdite), d'autre part des frontaliers.

Les premiers sont installés un peu partout dans le pays (Vilnius, Klaïpeda, Palanga, Sventoji …) et très intégrés, si ce n'est assimilés. Les autres sont pour l'essentiel concentrés dans certaines zones frontalières et notamment dans une région située au sud de la frontière lettone au nord de Palanga autour de la ville de Butingé. Il s'agit en l'occurrence d'un petit territoire qui du temps de l'empire appartenait au gouvernorat de Courlande et qui fut très disputé à l'issue de la première Guerre Mondiale. Ces populations sont protestantes et ont bien conservé leur langue et leurs coutumes.

En 1991, une structure municipale, l'Académie Baltoscandic a été fondée à Panevezys afin de promouvoir les cultures baltiques et notamment celle de Lettonie. En 1993, une Société lettone de Vilnius a remplacé le club letton qui existait depuis quelques années. Des groupes culturels et folkloriques fonctionnent dans diverses agglomérations du pays (1), entretenant d'étroites relations entre eux, ainsi qu'avec leur homologues de Lettonie.

Une école du dimanche éduque dans leur langue maternelle les enfants des familles lettones de l'agglomération lettone qui le désirent. En matière religieuse, deux communautés lettones sont enregistrées, celle (évangélique luthérienne) de Skuodas et, dans la même région, celle (baptiste) de Ylekiai.

NOTE


- (1) Par exemple le club Daugava à Kaunas, qui constitue un département de l'université Vytautas Magnus et emploie 22 collaborateurs.

Yves Plasseraud, président du Groupement des Minorités (GDM) et professeur à l'Université de Vilnius