Géorgie : une filière francophone informatique soutenue par des Universités françaises (2007)
2012-04-02

Depuis 5 années trois universités françaises, l'Université de Paris VIII, l'Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines, l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales, travaillent avec l'Université Technique de Géorgie à Tbilissi à la création d'une filière franco - géorgienne de l'informatique. Elles bénéficient du support de l'Agence Universitaire de la Francophonie, du Conseil Général de l'Yonne, des ambassades de France en Géorgie et de Géorgie en France.

Cette filière a été inaugurée en 2002 afin de permettre aux jeunes Géorgiens francophones d'accéder à un enseignement supérieur en informatique aux standards européens. Son objectif est de former, en français, des informaticiens de haut niveau, connaissant les fondements et les techniques modernes de l'informatique, et capables ensuite de s'insérer dans le marché international du travail. Ce diplôme leur permet d'obtenir une équivalence avec un diplôme français (Système Européen de Crédits Transférables ECTS) et de poursuivre leurs études par un Master européen.

Archil Elizabarashvili (1) est le co-responsable géorgien de la filière, Sébastien Delcour le co-responsable français depuis la rentrée 2005, après Catherine Pitiot.

Parmi les partenaires de la filière francophone informatique, il convient de citer le Conseil Général de l'Yonne (contribution financière), l'Agence Universitaire de la Francophonie (contribution financière et support), l'ambassade de France en Géorgie (formation intensive au français pour les enseigants et pour les étudiants, prise en charge du co-responsable français).

La formation



Les cours sont structurés selon le Système Européen de Crédits Transférables. Les études sont organisées en six semestres et dispensées par des professeurs de l'Université d'Etat et de l'Université Technique de Géorgie, par des enseignants de l'Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines, de l'Université Paris VIII et de l'Institut National des Langues Orientales. Le programme contient des cours scientifiques généraux (mathématiques, logique ...), des enseignements d'informatique (programmation, systèmes et réseaux ...) et des cours de langue (français, anglais). Une large part de l'enseignement est réservée aux séances de Travaux Pratiques sur les ordinateurs (projets de programmation).

La première promotion



En juin 2005, les premiers diplômés sont sortis de la filière. Ils ont obtenu non seulement un diplôme de l'Université Technique de Géorgie, mais aussi un diplôme de l'Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines. Sur les neuf diplômés, un a trouvé un emploi dans une banque géorgienne, les huit autres poursuivent leurs études par un Master (dont 6 en France).

Ces poursuites d'étude ont été rendues possibles par l'octroi de bourses de l'ambassade de France en Géorgie, de l'Agence Universitaire de la Francophonie et d'une bourse d'excellence EIFFEL. Les six étudiants géorgiens arrivés en France en septembre 2005 sont d'un niveau comparable à celui de leurs homologues français. Après leur Master, ils sont destinés à revenir en Géorgie pour accompagner le pays dans le développement et l'utilisation des technologies de l'information et de la communication.

Deux diplômées de la filière se sont particulièrement distinguées, Nino Shervashidzé et Natalie Badurashvili. Nino Shervashidze a été admissible à l'Ecole Normale Supérieure française (sélection internationale), Natalie Badurashvili (bourse EIFFEL) a intégré l'Institut des Sciences et Techniques des Yvelines afin de poursuivre des études d'ingénieur durant 3 années.

Les promotions suivantes



En 2006, dix-neuf étudiants ont terminé la formation "Concept de l'architecture des systèmes d'information" et celle à "LINUX".

Le 29 janvier 2007, un jury franco-géorgien (2) a sélectionné onze lauréats à l'attribution d'une bourse du gouvernement français pour la poursuite d'un Master en France à la prochaine rentrée universitaire. Parmi eux, trois proviennent de la filière francophone informatique, Nino Siradze (3), Thea Paradjanova (4) et Etheri Gamkadze.

Notes :

(1) les noms géorgiens apparaissent selon l'orthographe anglaise.

(2) Le jury franco - géorgien était composé de Tamriko Jakéli du ministère de l'Education et des Sciences de Géorgie, d'Anne Clouet et de François Laurent de l'ambassade de France en Géorgie.

(3) Nino Siradze avait été admissible en 2006 à une bourse de stage professionnel de l'Agence Universitaire de la Francophonie (1 mois au Laboratoire PRISM de l'Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines).

(4) Thea Paradjanova avait été admissible en 2006 à une bourse de stage professionnel de l'Agence Universitaire de la Francophonie (1 mois à l'Université Technique de Sofia).

Sources : Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines, Agence Universitaire de la Francophonie (Europe centrale et orientale) et Ambassade de France en Géorgie.

Voir aussi [URL : 2319]