France - Géorgie : accord de coopération entre le Grand Lyon et Koutaïssi (2007)
2013-12-11

La phase exploratoire



Dans sa séance du 17 mai 2004, le bureau de la communauté urbaine du Grand Lyon donne mandat à son vice-président, Alain Joly, afin d'établir un premier contact avec les autorités de Koutaïssi et de déterminer les domaines éventuels de coopération.

L'objectif de la mission est le suivant : "Dans le cadre des relations de la communauté urbaine de Lyon avec la Transcaucasie, une action de coopération avec la ville de Koutaïssi peut être envisagée : cette ville traverse une période difficile dans les domaines de la voierie, de l'eau et de l'assainissement, mais ne bénéficie actuellement d'aucun soutien d'une collectivité européenne".

Après un premier voyage d'Alain Joly à Tbilissi et à Koutaïssi du 31 mai au 10 juin 2004, les conclusions s'imposent : "La communauté urbaine du Grand Lyon s'apprête à accompagner la ville de Koutaïssi dans la réforme de son réseau d'approvisionnement en eau et son programme de protection de l'environnement".

Koutaïssi est forte de plusieurs centaines de milliers d'habitants ; elle est la capitale de la région d'Iméréthie, en Géorgie occidentale, à une centaine de kilomètres de la ligne de séparation d'avec l'Abkhazie. Les dernières années de l'ére soviétique y virent les infrastructures maintenues à minima, les années de guerre civile y virent un arrêt de toute maintenance, voire un démantèlement de ce qui pouvait être récupéré.

Loin de Tbilissi, et parfois héritière de l'antagonisme ancestral entre la Colchide et l'Ibérie, Koutaïssi enregistre ensuite peu d'amélioration de sa situation. La volonté de changement vient de Nino Bourdjanadzé (1), présidente du Parlement géorgien durant les dernières années de l'ère Chévardnadzé et durant l'ère Saakachvili : elle est originaire de Koutaïssi.

En décembre 2005, une mission d'évaluation est réalisée par deux techniciens de Gaz de France à Koutaïssi.

En mars 2006, Nino Bourdjanadzé se rend à Lyon pour y rencontrer les autorités locales ; à son retour, en marge d'une conférence à l'Institut Politiques de Paris, elle exprimera "sa satisfaction de voir l'accord de coopération bien engagé et sa volonté de le voir aboutir".

Les premières actions de coopération



En août 2006, une première action de coopération d'envergure voit le jour, deux conteneurs de matériel gazier réformé de Gaz de France et deux véhicules sont acheminés vers Koutaïssi. Elle constitue la première étape du projet visant à réhabiliter et à améliorer les infrastructures gazières de Koutaïssi.

Le 13 novembre 2006, Alain Joly, vice-président de la communauté urbaine du Grand Lyon, et Viktor Balanchivadzé, maire de Koutaïssi, signent une convention de coopération, en présence de l'Ambassadeur de France en Géorgie, Philippe Lefort, du Gouverneur de la région d'Iméréthie, Akaki Bobokhidzé, et du Responsable de district de Koutaïssi, Amiran Khvadaguiani.

Les domaines prioritaires retenus dans cet accord concernent l'urbanisme, la voierie publique, la gestion des déchets et l'eau. La convention prévoit des missions d'appui technique et d'évaluation d'experts français ä Koutaïssi ainsi que la formation des personnels techniques et administratifs de Koutaïssi en France.

Il convient de souhaiter que le développement de la francophonie soit relancé dans cette partie occidentale de la Géorgie ; elle s'était nourrie des cultures grecques et romaines durant les temps anciens, pourquoi ne se nourrirait-elle pas de culture française dans les temps modernes ?

Sources : Communauté Urbaine du Grand Lyon, Ambassade de France en Géorgie.



Note

(1) : [URL : 2141]