La situation économique de l'Arménie (2007)
2013-02-05

La situation économique de l'Arménie est au beau fixe, un fait d'autant plus notable que le pays ne possède pas, comme certains de ses voisins, de ressources pétrolières ou énergétiques. L'Arménie connaît depuis plusieurs années une forte croissance de son PIB (13,5% en 2005) et a retrouvé son niveau économique de 1989. L'inflation est désormais maîtrisée, la dette de l'Etat est contenue et la pauvreté recule restant cependant importante et touchant encore plus d'un tiers de la population. Des réformes structurelles ont été entreprises, le programme de privatisations est achevé et les investissements étrangers ont connu une hausse comprise entre 20 % et 25 % l'an passé. L'économiste de la Banque Mondiale Saumya Mitra, qui note que l'Arménie connaît la plus forte croissance des Etats de la Communauté des Etats indépendants (CEI), a toutefois averti que le pays devait rapidement entreprendre de nouvelles réformes s'il veut soutenir sa croissance. Par ailleurs, il a dénoncé le coût élevé et le mauvais fonctionnement des télécommunications, ainsi que le sous-développement des services financiers et des assurances qui, selon lui, mettent en péril le développement du pays.

L'Arménie souffre de son enclavement, de sa faiblesse en ressources naturelles, de l'obsolescence de son industrie et d'une forte corruption (le pays occupe la 93e place dans le classement 2006 de Transparency International). L'Union européenne a récemment rappelé que le problème de la corruption était « l'un des obstacles principaux au développement économique et social de l'Arménie ». Enfin, selon une enquête réalisée en 2006 par le Centre du développement régional et Tranparency International Arménie, la corruption est citée comme un problème majeur du pays par neuf Arméniens sur dix, la même proportion considérant que l'amélioration de la situation passe par l'organisation d'élections libres et transparentes.

Corinne Deloy/Fondation Robert Schuman